Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
La gloire des obscurs16 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

Tour de France 1933 : La Gloire des "Obscurs"

UNE BELLE PALETTE DE CHAMPIONS
Chauvinisme aidant, l'institution des équipes nationales en 1930 développa considérablement l'engouement du public pour le Tour de France. En cette année 1933, cinq équipes nationales se présentent au départ du Tour. L'équipe de France est particulièrement prestigieuse. Elle comprend deux vainqueurs du Tour qui totalisent trois victoires à eux deux : André Leducq (1930-1932) et Antonin Magne (1931), le petit Maurice Archambaud, une locomotive, vainqueur du G.P des Nations en 1932 et qui a battu le record du monde de l'heure détenu depuis 18 ans par Oscar Egg, mais malheureusement non homologué. Ce sera pour plus tard. L'équipe comprend également le Parisien Georges Speicher sélectionné en équipe de France l'année précédente et qui s'était signalé par ses bons classements au fil des étapes (10 fois classé dans les cinq premiers), Roger Lapébie, Champion de France, déjà sélectionné en 1932 et le Breton Léon Le Calvez vainqueur du Critérium National l'année précédente. Charles Pélissier, le sprinter, benjamin d'une illustre famille, a été sélectionné lui aussi. Le vainqueur de 8 étapes dans le Tour 1930, vit son énorme popularité portée à son zénith en 1931 grâce à ses duels houleux de sprinter avec une autre "pointure" : l'Italien Rafaele Di Paco. L'équipe est complétée par le jeune sprinter René Le Grevès qui a remporté Paris-Rennes et Paris-Caen cette année.

Quant aux autres équipes nationales elles comptent des sélectionnés de grand prestige, comme les Belges, Georges Ronsse, double champion du monde sur route (1928-1929), Jean Aerts un sprinter redoutable et Gaston Rebry vainqueur de Paris-Roubaix en 1931. Chez les Italiens, le formidable Learco Guerra qui avait donné du fil à retordre aux Français dans le Tour 1931 espère bien prendre sa revanche cette année en compagnie de son équipier Rafaele Di Paco, l'alter ego de Charles Pélissier.

Les Allemands comptent sur Kurt Stoepel second du Tour 1932 et qui aurait terminé à 3 secondes de Leducq sans les énormes bonifications attribuées par Desgrange aux vainqueurs d'étapes dans le but d’avantager les sprinters, mais aussi sur l'Autrichien Max Bulla, Touriste-Routier en 1931, et qui avait remporté trois étapes à la barbe des "As". Les victoires des Touristes-Routiers contrariaient beaucoup Henri Desgrange qui attribuait autant de considération à ces parias par rapport aux "As" que celui qu'on accorde à l'asparagus dans les bouquets de rose : ça donne du volume !

LES OBSCURS ET LES SANS-GRADE
Autant dire qu'avec un plateau de cette qualité chez les "Nationaux" on ne prête guère attention aux quarante individuels qui ne bénéficient pas du régime confortable attribué aux coureurs des équipes nationales. Les individuels (ex touristes-routiers) se débrouillent par leurs propres moyens ou sont sous contrat avec des petits constructeurs de cycles qui cousent leur logo sur les maillots de ces sans-grade. Ce qui déclenche la fureur des grands constructeurs puisque les "As", étant équipés par l'organisateur pendant la durée du Tour, aucune marque ne doit être inscrite sur leurs maillots ou sur leur matériel. C'est pour cette raison que l'année suivante la catégorie des individuels sera homogénéisée par le port de maillots gris et équipée par Desgrange, patron du Tour de France, sans aucune inscription sur les maillots !

Il y a dans la catégorie sous-estimée des individuels des coureurs de qualité tels le minuscule Espagnol Trueba, grimpeur remarquable, le Belge Julien Vervaecke, le Champion du Monde amateur Giuseppe Martano et les Français Benoît Faure et Louis Péglion anciens membres de l'équipe de France.

Dans ce Tour de France 1933, les individuels vont démontrer qu'ils valent mieux que le rôle de figurants que leur attribue le patron du Tour.

Il y eut d'abord la prestation de l'Espagnol Trueba dont on connaissait déjà les qualités de grimpeurs et qui remportera haut la main le premier Grand Prix de la Montagne. Il y eut surtout l'incroyable étape Digne-Nice qui mit à jour une faille du règlement qui aurait pu sonner le glas de cette 27ème édition.

L'UBUESQUE ÉTAPE DIGNE-NICE
Pourtant, après la grande bagarre des Alpes, les 156 km de la brève étape Digne-Nice, sont considérés comme une parenthèse tranquille, sauf pour deux individuels : le Parisien Fernand Cornez et le Niçois d'adoption Fernand Fayolle, né dans l’Isère, une gloire régionale, épicier dans sa bonne ville et qui connaît la route comme sa poche. Les deux hommes profitent de la torpeur générale, tirent leur révérence au peloton et foncent vers Nice, le nez sur le guidon. Les ténors estimant qu’ils ne sont pas dangereux les laissent filer. C’était avant les oreillettes qui ne rendent plus possible l’effet de surprise. On ne peut trouver plus différents que ces deux coureurs-là. L'un, Fayolle, un petit gabarit au faciès érodé par les intempéries, remarquable la veille dans le col d'Allos, est beaucoup plus à l'aise en montagne que sur le plat, l'autre, Cornez, un grand costaud, roule bien, mais digère très moyennement les côtes. Ils unissent leurs talents dans cette étape peu accidentée et arrivent à Nice 12'12" avant l'Italien Pastorelli, le Suisse Bula et l'Espagnol Trueba, trois autres individuels. Le Calvez, seul "As" à avoir manifesté un peu d'inquiétude est 6ème à un quart d'heure des premiers, et le peloton musardeur se traîne à presque 23 minutes des deux audacieux.

Fayolle, et Cornez vainqueur à 34.348 km/h de moyenne, n'étant pas dangereux au classement général, leur aventure ne devrait être que pittoresque et sans conséquence. Mais seulement si Desgrange n'avait décidé cette année-là, que le seuil d'élimination se situerait à 8 % du temps du vainqueur. Il n'imagine pas qu'en cas d'étape courte et d'écart considérable, cette règle pourrait se révéler dangereuse. Or, dans Digne-Nice, c'est ce qui se produit ! Le peloton arrive à Nice 24 secondes après la fermeture des délais. En conséquence, si l'on appliquait strictement le règlement, seuls les six premiers resteraient en course, et les 42 retardataires, avec tous les favoris, seraient éliminés ! Pour couronner le tout, L'individuel Trueba qui monte les cols comme un ange, mais les descend comme un fer à repasser, prendrait le maillot jaune. Situation délicieusement ubuesque, face à laquelle Desgrange réagit impérialement, comme l'aurait fait sans doute son idole Napoléon Bonaparte. Il choisit l'ordre de préférence à la justice (c'était dans son caractère), et décide à l'unanimité - de lui-même - de porter le seuil d'élimination à 10 % ! C'est injuste pour ceux qui furent exclus en vertu de la clause précédente et pour les six premiers de l'étape. Cependant personne ne proteste, car grâce à cette décision inique mais nécessaire, la course est sauvée. Seuls cinq coureurs n'échapperont pas à l'élimination.

Après cet événement sympathique mais incongru, les choses revinrent donc dans l’ordre "Desgrangien" et Speicher à partir de Marseille porta le maillot jaune jusqu’à Paris après une bagarre acharnée avec Guerra, Martano et le Belge Lemaire à qui une belle carrière était promise mais qui mourut accidentellement en course deux mois plus tard.

FERNAND CORNEZ
Cet épisode remarquable nous permet de fixer un instant notre attention sur Fernand Cornez, immense gaillard de vingt-cinq ans, coureur courageux et modeste, comme il y en eut tant, et qui réussit dans ce Tour 1933, des exploits oubliés des exégètes : 8ème à Metz, 2ème à Belfort, 6ème à Evian, vainqueur à Nice. Dans l'étape suivante, Nice-Cannes, il arrive après les délais avec trois autres individuels, peut-être en raison d'une certaine propension à rejoindre la queue du peloton dès que la route s'élève un peu trop, mais plus sûrement pour cause d'incident mécanique. II est repêché, avec ses compagnons de misère, par Desgrange, magnanime, qui décide de repousser le seuil d'élimination à 15 % du temps du vainqueur.

Fernand Cornez, galvanisé par son succès de Nice, ne s'arrête pas là : il est 4ème à Montpellier, 3ème à Perpignan et 2ème à Ax-les-Thermes, malgré les lacets de Puymorens où, une fois n'est pas coutume, il se trouve en tête en montagne, avec Antonin Magne et Trueba. Dans Luchon-Tarbes et dans le Tourmalet, entre Tarbes et Pau, il joue les Samaritains en assistant son copain d'entraînement André Leducq, malade et complètement à la dérive. Au mépris du règlement, il ira jusqu'à lui retourner sa roue pour l'aider à changer de développement, ce que Le "Joyeux Dédé", handicapé par un bras enflé, n'est plus capable de faire.

Après les Pyrénées, Fernand reprend son bonhomme de chemin : 4ème à la Rochelle, 3ème à Rennes, 2ème derrière Le Grevès à Caen, après un tour de piste chronométré destiné à départager les concurrents.

Il pouvait être satisfait de lui-même notre individuel, d'autant qu'il avait terriblement souffert d'une sale blessure au genou gauche pendant une bonne partie de l'épreuve. Et l'on imagine qu'il dût subir embrassades chaleureuses et claques dans le dos en rentrant à la maison. On ne le reverra jamais dans le Tour de France. Dommage !

L'étape Digne-Nice du Tour de France 1933 fut le principal titre de gloire de Fernand Cornez (1907-1992). Il fut cependant Champion de France militaire en 1929 remporta une étape dans le Tour d'Italie en 1933, exploit rarissime pour un étranger, à l'époque, une première place dans le G.P de Cannes 1934, et deux étapes de Paris-Nice (1933, 1934). Par la suite Fernand Cornez devint hôtelier près des Andelys. En 1937 l'équipe de France se mit au vert dans son hôtel avant le départ du Tour. Ajoutons que le compagnon de Cornez dans Digne-Nice, Fernand Fayolle, l'homme au maillot rouge vif, remarquable grimpeur, brilla dans les Alpes et les Pyrénées et termina 11ème à Paris.

Trois individuels terminèrent la course dans les dix premiers : Martano (3ème) Trueba (6ème) et Level (7ème). C’est aussi bien que l’équipe de France !

Jean Roussel, auteur de : "Il était une fois le Tour de France" - éditions L'Harmattan.


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126