Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Le sacrifice de René Vietto - Tour de France 193423 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

15° étape - Perpignan-Ax les Thermes



René VIETTO (Fra) 17 février 1914 - 14 octobre 1988

Col de Puymorens - 1931 mètres d'altitude - 25 kilomètres d'ascension

René Vietto, jeune Cannois de 20 ans, participe au Tour de France pour la première fois. Ses qualités de grimpeur lui ont permit d'intégrer l'équipe de France pour épauler son leader, Antonin Magne. Au départ de cette 15° étape, Antonin Magne, porteur du Maillot Jaune, veut "tester" ses adversaires, notamment l'Italien Giuseppe Martano, qui n'est qu'à 2' en attaquant l'ascension de Mont-Louis. L'ascension du col de Puymorens n'apporte rien et René Vietto passe en tête devant son leader. Dans la descente, Antonin Magne chute et brise la jante (en bois) de sa roue avant. "Donne-moi ton vélo, René" crie-t-il à son jeune co-équipier, "non, mais prends ma roue..." Le Maillot Jaune n'hésite pas et fonce à corps perdu dans la descente. A l'arrivée, Antonin Magne franchit la ligne avec seulement 45" de retard sur Giuseppe Martano. L'étape est remportée par Roger Lapébie. René Vietto ne gagnera pas le Tour de France cette année-là, ni l'année d'après, ni les autres années... Mais il a écrit une des plus belles pages de la Légende du Tour de France.

Précisions de Jean Roussel :
Bonjour,
Au sujet du sacrifice de Vietto dans la descente du col de Puymorens. J'ai les remarques suivantes à faire :
La roue de Vietto n'était pas adaptée aux encoches de la fourche d'Antonin Magne. Vietto attendit la voiture de dépannage, ce qui donna lieu à la fameuse photo qui fut tirée à des centaines de milliers d'exemplaires et même aujourd'hui encore. Le maillot jaune, quant à lui, fut obligé de s'arrêter quelques centaines de mètres plus loin. Speicher, le champion du Monde, arriva à ce moment et vit que Magne était arrêté. Il lui passa sa roue qui s'adaptait parfaitement à la fourche de son leader et attendit à son tour le mécanicien de la voiture de dépannage qui venait de dépanner Vietto. Speicher et Vietto repartirent ensemble et arrivèrent ensemble à l'étape (voir le classement). Contrairement à ce qui a été dit par la suite ce n'est pas son vélo trop grand pour Magne, mais sa roue que Speicher passa à Antonin Magne. Ce récit abrupte est issu des investigations que j'ai faites sur cette histoire.
Donc, si le sacrifice de Vietto fit pleurer la France sportive, celle-ci ignora totalement que si Magne avait encore son maillot jaune sur les épaules le lendemain matin au départ c'est grâce à Speicher qui resta à ma connaissance silencieux sur le réel déroulement des évènements. Il faut dire que personne n'était là pour filmer son geste et l'on sait que pour les médias un événement n'existe vraiment que s'il est filmé ou photographié.
L'écart au classement général entre Magne et Vietto était tellement important que le Cannois n'avait aucune chance à ce moment de gagner le Tour de France, mais l'opinion sportive était convaincue du contraire, aidée en cela par les journaux et la radio.
Le vrai "sacrifice" de Vietto eut lieu le lendemain lorsque la chaîne de Magne sauta dans la descente du Portet d'Aspet et que Vietto qui avait attaqué les premiers lacets du col des Ares, apprit les malheurs d'Antonin Magne, rebroussa chemin, remonta la pente du Portet d'Aspet et donna son vélo à son leader. Après tout le "foin" qui fut fait sur le sacrifice de la veille, Vietto voulut-il être à la hauteur de son abnégation présumée ? Où son geste spontané fut-il celui d'un parfait équipier ? La personnalité de Vietto était complexe et nous sommes là dans le domaine des spéculations. Si sa légende, comme toujours, fut plus chatoyante que la réalité, il n'en reste pas moins que par son talent, la noblesse de certains de ses comportements, son intelligence et sa personnalité romantique, Vietto fut l'un des coureurs les plus attachants de l'Histoire du vélo.
À noter que le "sacrifice" de Vietto entre dans le cadre de ce qu'on appelle aujourd'hui le "storytelling" c'est-à dire l'art de raconter une histoire, pas l'Histoire, mais "une histoire". Les conseillers des hommes politiques pratiquent cela journellement, mais les journalistes sportifs avaient déjà saisi le principe à l'époque ! Henri Desgrange avait compris d'instinct l'intérêt du "storytelling" (le mot n'existait pas) et de son impact sur les ventes de "L'Auto" de la même manière qu'il était capable d'occulter et même d'imposer une sorte d'omerta sur les circonstances réelles de la mort du coureur espagnol Cépéda dans le TdF 1935. La responsabilité de son organisation dans cette histoire-là était réelle, et il n'était pas de son intérêt de la faire mousser comme cela a été fait pour le premier sacrifice de Vietto.
Jean Roussel
PS : j'ai raconté tout cela, à une nuance près, dans mon bouquin "Il était une fois le Tour de France" - Editions L'Harmattan.


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126