Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Julio Jimenez, nouveau Roi des grimpeurs - Tour de France 196523 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

9ème étape - Bayonne-Bagnères de Bigorre, 226 km

Cols : Aubisque (km 131.5), Tourmalet (km 200)
Forte chaleur jusqu'à l'Aubisque.
Pluie puis temps rafraîchi dans le Tourmalet.

La 9ème étape Bayonne-Bagnères de Bigorre, avec au menu Aubisque et Tourmalet, constitue la première étape de montagne de ce Tour parti de Cologne. Au matin du 30 juin, c'est le Belge Bernard Van De Kerkhove, coéquipier de Van Looy, qui précède Van Espen de 1'01", Gilbert Desmet de 1'56", Gimondi de 2'05" et Wolfshohl de 3'04". Raymond Poulidor pointe à la 10ème place, à 5'16". On s'attend à une redistribution radicale des cartes et l'Équipe titre : "Bahamontes, Adorni, Motta et Gimondi contre Poulidor dans les Pyrénées".

Les cartes vont être en effet redistribuées : dès le 92ème km, avant même les contreforts de l'Aubisque, le maillot jaune Van De Kerkhove était lâché et n'allait pas tarder à abandonner ! Après 3 km de montée de l'Aubisque, le vainqueur du Giro Vittorio Adorni, malade de l'estomac, s'arrête tandis que parmi les lâchés figure Federico Bahamontes. A l'avant de la course, Julio Jimenez a rattrapé un petit groupe de rescapés d'une échappée dans lequel figure Armand Desmet, Brands et Anglade. Au sommet de l'Aubisque, Jimenez passe en tête, suivi, à 12", d'Armand Desmet, à 1'52" de Brands, à 2'09" d'Anglade et, à 2'30" d'un groupe de 16 coureurs dont les principaux favoris, Poulidor, Motta, Gimondi, Janssen, Junkermann et Perez Frances.

Au sommet du Soulor (km 141), Jimenez et Armand Desmet conservent 2'10" d'avance sur un groupe de 30 dont Poulidor, Motta, Gimondi, Foucher. Dans la montée du Tourmalet, Foucher part à la poursuite de Jimenez qui a lâché Armand Desmet. Au sommet, Jimenez précède Foucher de 1'45", Esteban Martin de 3'53", Lebaube de 4'02", Motta et Gimondi de 4'30", Zimmermann de 4'35", De Rosso et Poulidor de 4'45".

Dans la descente, Foucher, ainsi que Gimondi sont victimes de crevaisons. La crevaison de Gimondi l'empêchera de rejoindre Motta, Zimmermann et Lebaube qui prendront une minute.

Julio Jimenez remporte l'étape en 6h49'19", précédant Foucher de 2'48", Motta, Zimmermann et Lebaube de 3'00", Gimondi et De Rosso de 4'05", Martin et Poulidor de 4'06". Derrrière, c'est l'hécatombe : Wolfshohl est 100ème à 25'00" et Bahamontes, 116ème et avant-dernier de l'étape avec un retard de près de 38'00" , a frôlé l'élimination !

La liste des abandons est éloquente : outre Van De Kerkhove et Adorni, on trouve Aimar et Den Hartog, les deux "bombes secrètes" de Raphaël Géminiani. Pris d'un étrange malaise dans la fournaise de l'Aubisque, Aimar est descendu de vélo avant de marcher comme un automate puis de s'effondrer, les bras en croix, nécessitant le masque à oxygène. Son équipier Pierre Martin, Peter Post, Julien Stevens, Gustave Desmet, Dieter Puschel, Such Garcia et Antonio Gomez Del Moral ont aussi abandonné. On reparle du doping, d'autant plus que lors de la même étape courue le même jour du Tour de l'Avenir, les Français Grosskost et Bayssière ont eux aussi abandonné, victimes d'étranges malaises…

Julio Jimenez, qui n'avait pas quitté l'arrière du peloton depuis Cologne, fait désormais figure de grand successeur de Bahamontes, irrémédiablement atteint par la limite d'âge. Felice Gimondi retrouve le maillot jaune, précédant Poulidor de 3'12", Foucher et Lebaube de 4'23" et Motta de 4'32". La mauvaise tenue de Poulidor dans le Tourmalet n'a échappé à personne, et l'on pense que, sans sa crevaison, Gimondi aurait pu suivre Motta et prendre du temps au leader des Mercier. Comme le titre l'Équipe, "les Italiens font courir un grave danger à Poulidor".

         Merci à Dider Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126