Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Poulidor joue son va-tout dans la Forclaz - Tour de France 196626 juin 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

18ème étape - Ivréa-Chamonix, 188 km


Le Luxembourgeois Edy Schutz
(vainqueur de la 18ème étape de ce Tour de France 1966)

Cols : le Grand Saint-Bernard, la Forclaz, les Montets.

Dans ce Tour de France 1966, Raymond Poulidor s’était fait piéger par deux fois. La première fois, dans la 10ème étape pyrénénne Bayonne-Pau, il avait laissé partir, par vagues successives, avant l’Aubisque, une vingtaine de concurrents dont Jan Janssen et Lucien Aimar, qui lui prirent 7'15". La deuxième fois, dans la 17ème étape, Briançon-Turin, alors que Janssen portait le maillot jaune, Javques Anquetil avait lancé dans la descente du col de Coletta l’intrépide Lucien Aimar, qui allait conserver 2'02" d’avance à l’arrivée de l’étape et endosser le maillot jaune, avec 1'35" d’avance sur Jan Janssen, 5'11" sur Raymond Poulidor et 6'19" sur Jacques Anquetil.

Deux occasions pouvaient dès lors permettre à Raymond Poulidor de rattraper son retard : l’étape Ivréa-Chamonix par le Grand Saint Bernard, la Forclaz et les Montets, et le contre-la-montre final Rambouillet-Parc des princes, sur 51.5 km

Raymond Poulidor décida de jouer son va-tout en démarrant à 4 km du sommet de la Forclaz, suivi du grimpeur espagnol Julio Jimenez, équipier de Lucien Aimar chez Ford. Au sommet (km 161), pointés à 1'00" et 10" derrière le luxembourgeois Edy Schutz, échappé depuis la descente du Grand Saint-Bernard, Raymond Poulidor et Julio Jimenez conservaient 1'10" d’avance sur un groupe composé notamment d’Aimar, Anquetil, et Janssen. Après la descente de la Forclaz, Raphaël Géminiani, directeur sportif des Ford fait attendre Jimenez pour qu’il participe à la poursuite derrière Poulidor. Ce dernier rejoint Schutz dans le col des Montets et conserve au sommet 1'15" d’avance sur le peloton Aimar-Janssen-Jimenez-Anquetil qui font le forcing pour limiter le retard.

A l’arrivée à Chamonix, Poulidor ne dispute pas le sprint, laissant Schutz gagner l’étape, mais, grâce aux puissants relais assurés par Anquetil, son avance sur les Ford n’est plus de que 49". Le retard de Poulidor au classement général est de 4'22" sur Aimar et 2'47" sur Janssen. Rassuré sur les chances d’Aimar, Anquetil, victime d’un refroidissement, abandonnera le lendemain, à 50 km de Saint-Etienne. Quant à Poulidor, distancé dans le contre-la-montre final par Altig et Bracke, il ne reprendra que 2'20" à Aimar, classé 17ème et 1'52" à Janssen, classé 11ème. Ironie du sort : Aimar remportera le tour avec 1'07" sur Janssen et 2'02"sur Poulidor, soit exactement le temps pris par le vainqueur du Tour à son adversaire lors de l’échappée de Turin.

         Merci à Didier Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126