Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Les adieux de Jacques Anquetil au Tour - Tour de France 196626 juin 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

19ème étape - Chamonix-Saint Etienne, 264.5 km



Le dernier maillot de Maître Jacques sur le Tour de France

Cols :
côte de Serrière au km 217.5
col du Blanchet au km231.5
col du Grand-Bois au km 247.5

Temps humide, orageux, ciel gris.

Au matin du 11 juillet, Lucien Aimar, qui a préservé la veille son maillot jaune dans l'étape de la Forclaz, est crédité d'une avance de 1'35" sur le second Jan Janssen, de 3'23" sur le 3ème, Marcello Mugnaini, de 4'17" sur le 4ème Momene, de 4'22" sur Poulidor, de 4'50" sur Kunde, de 6'11" sur Van Springel et de 6'19" sur Anquetil, classé 8ème. La plus longue étape du Tour, avec le col du Grand-Bois en fin de parcours, constitue une des dernières occasions pour Janssen ou Poulidor de mettre Aimar en difficulté.

Les "Ford-France" contrôlent le peloton. Avant le 100ème km, Pingeon, Kunde et Van Springel provoquent une échappée, mais les "Ford-France" interviennent. Victime d'un point de congestion, Jacques Anquetil est décroché plusieurs fois, mais revient grâce à l'aide de ses équipiers Grain et Milesi. Il fait aussi appel aux services du docteur Dumas.

Au km 113, Ferdinand Bracke et Esteban Martin sortent du peloton. Alors qu'une tornade s'abat sur la course, les deux échappés comptent une avance de 4'30 au km 150, et de 6'50" au km175.

Après la traversée du Rhône, les coureurs gravissent la côte de Serrière. Distancé, Jacques Anquetil met pied à terre. Secouru par Raphaël Géminiani qui lui passe un chandail, Anquetil monte dans l'ambulance.

Après la côte de Serrière, où Schutz et Gonzales sont partis en contre-attaque, les coureurs arrivent au pied du col du Grand-Bois. Les écarts sont alors les suivants : en tête Bracke et Martin; à 2'40", Gonzales et Schutz; à 4'05" Bitossi; à 4'10" le peloton avec les favoris. A plusieurs reprises, Janssen attaque, mais Aimar est à chaque fois ramené par Julio Jimenez. Au sommet du col, Bracke devance de 1'00" Gonzales, Schutz et Martin, de 2'15" Momene et San Miguel, de 2'30" un premier peloton avec les favoris.

Dans la descente, Momene et San Miguel sont rejoints. Ferdinand Bracke conserve son avance jusqu'à Saint-Etienne où il remporte l'étape en 7h07'50", devançant Schutz de 51", Martin de 52", Gonzales de 54" et, de 1'02" un premier peloton de 33 coureurs réglé au sprint par Perurena devant Planckaert, Van Springel et Bitossi. Le 82ème et dernier, le belge Jean Monteyne termine à 22'00" de Bracke.

Assez inexistant depuis le départ du Tour, Ferdinand Bracke, qui n'avait pas été  informé de l'abandon d'Anquetil, emporte l'étape de belle manière. Le classement général demeure inchangé en ce qui concerne les premiers et Lucien Aimar, très efficacement secondé par Julio Jimenez, lui-même assuré de sa victoire au G.P de la montagne, peut s'estimer satisfait.

Poulidor ne s'accorde plus que 20 chances sur 100 tandis que Janssen affirme qu'Aimar reste un leader fragile. Quant à Géminiani, il affirme que si Poulidor et Janssen, désormais "patrons de la course" ne prennent pas leurs responsabilités, il n'enverra pas Aimar à l'abattoir, et que le Tour sera perdu pour tous les trois…

Quant à Anquetil, chez qui les médecins ont diagnostiqué une bronchite aigüe, il affirme qu'il devenait "plus gênant qu'utile", regrette "de ne pas être au Parc pour le tour d'honneur" car "il croit à la victoire de Lucien Aimar", et donne rendez-vous à ses supporters pour la suite de la saison. Il est vrai que peu inspiré par le tracé du Tour, se sachant désormais inférieur à Poulidor dans les contre-la-montre, Anquetil avait pris le départ à contre-cœur, sur la pression de ses employeurs et de l'opinion publique. Il peut donc quitter le Tour, s'étant assuré du succès de son coéquipier. Une fois rétabli, Anquetil fera une magnifique fin de saison, assurant son succès au Super Prestige Pernod : 2ème du championnat du monde au Nürburgring derrière Altig et devant Poulidor, vainqueur pour la 9ème fois du G.P des Nations en devançant Gimondi, Merckx, Pingeon et Poulidor.

         Merci à Didier Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126