Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Pingeon surprend les favoris à Jambes - Tour de France 196723 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

5ème étape (a) - Roubaix-Jambes, 172 km

 
Roger Pingeon dans le Mur de Thuin

Profil : routes étroites et pavées, Mur de Thuin.

Lorsqu’il composa l’équipe de France du Tour 1967 revenu aux équipes nationales, Marcel Bidot surprit tout son monde en désignant, aux côtés de Lucien Aimar, vainqueur l’année précédente et de Raymond Poulidor, un troisième leader en la personne du bugiste Roger Pingeon. Malgré des places d’honneur dans les tours précédents (12ème en 1965, 8ème en 1966), Pingeon s’était surtout signalé par ses renoncements en cours d’épreuves (Paris-Nice et Dauphiné en 1966), et seul de son équipe Peugeot-BP, il faisait un peu figure de parent pauvre dans cette équipe de France au départ d’Angers. Mais Pingeon, rodé par le Giro et ayant terminé 2ème du récent Midi-Libre devant… Poulidor, affichait une très grande forme.

Pingeon allait trouver l’ouverture lors de la 5ème étape Roubaix-Jambes. Sur les routes belges étroites et pavées, à l’initiative de l’espagnol Garcia, un premier peloton de quinze hommes s’était dégagé entre le 51ème et le km 65, qui comprenait notamment Van Looy, Riotte, Ignolin, Letort, Manzanèque le champion de France Theillère, l'italien Polidori, et Pingeon. Au km 118, alors que le peloton était relégué à 3'30", Pingeon s’en allait seul dans le mur de Thuin et entamait une magnifique échappée solitaire de près de 60 km. A l’arrivée, Pingeon précédait de 1'24" son équipier Riotte, Van der Vleuten, Schleck et Polidori, de 2'27" les échappés conduits par Van Looy, et de… 6'22" le peloton des favoris, resté longtemps inorganisé. Pingeon, pour 36", prenait le maillot jaune au belge Joseph Spruyt qui ne s’était pas manifesté pour défendre son bien. L’après-midi, terminant à la 2ème place derrière l’équipe de Belgique dans un contre-la–montre par équipe de 17 km, l’équipe de France allait permettre à Pingeon d’empocher une bonification de 10".

Pingeon allait bénéficier de l’aide de l’équipe de France et notamment de celle de Raymond Poulidor, qui, défaillant dans le Ballon d’Alsace, se mettra par la suite totalement à son service dans les étapes de montagne. Ainsi transcendé, Pingeon allait repousser les assauts du grimpeur espagnol Julio Jimenez, notamment dans l’étape du Ventoux au cours de laquelle Tom Simpson allait tragiquement s’effondrer, et ceux de Gimondi, défaillant dans les Pyrénées. Pingeon-Jimenez-Balmamion, c’était un tiercé inattendu pour le Tour 1967, mais c’était surtout la révélation d’un champion qui avait trop douté de lui-même les années précédentes.

         Merci à Didier Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126