Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Les adieux de Rik Van Looy au Tour - Tour de France 196923 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

4ème étape - Charleville Mézières-Nancy, 214 km


Rik Van Looy, l'Empereur d'Herentals

Profil : parcours vallonné sans difficultés majeures. Grosse chaleur.

Champion des classiques de ville à ville qu’il est le seul coureur à les avoir remportées toutes sans exception, Rik Van Looy eut moins de chance dans le Tour de France qu’il n’aborda qu’à l’âge de 28 ans et demi, en 1962, lorsqu’on en revint aux équipes de marques. Abandon sur chute en 1962 et 1964, élimination à Briançon en 1966, abandon à nouveau en 1967 avant la montagne, Van Looy n’avait brillé que sur deux tours : celui de 1963 où il termina 10ème, enlevant 4 étapes et le maillot vert, celui de 1965, où il termina 31ème, remportant 2 étapes et portant le maillot jaune en début d’épreuve. Vexé de n’être appelé qu’en équipe de Belgique "B" en 1968 alors qu’il avait gagné la Flèche Wallonne, il déclara finalement forfait, et en 1969, il fallut toute l’insistance de ses employeurs hollandais des cigares Willem II pour qu’il prit le départ, ses 35 ans et demi en faisant le doyen des partants.

Van Looy voulait néanmoins faire parler de lui avant la montagne pour obtenir une ultime sélection aux championnats du monde de Zolder en Belgique. C’est ainsi que, au km 99 de l’étape Charleville-Nancy , le dossard n° 99 démarra. Le peloton ne réagissant pas, en raison de la proximité du ravitaillement et aussi de la volonté d’Eddy Merckx de ne pas faire une chasse effrenée derrière son glorieux aîné, Van Looy prit rapidement de l’avance et décida de poursuivre jusqu’au bout : 6'00" au km 125, 7'00" au km 140, ce qui en faisait un virtuel maillot jaune, 12'00" au km 150. Lorsqu’il conserva 8'00" d’avance, au km 175, le maillot jaune Julien Stevens démarra, rejoint par Perez-Frances ,Berland, Panizza, Zandegu, Mintjens, Letort et Pijnen, équipier de Van Looy. Equipier de Merckx et ancien équipier de Van Looy, Stevens voulait surtout conserver son maillot jaune… Van Looy avait encore 4'45" d’avance à 20 km de l’arrivée, 3'30" à 10 km. Derrière les contre-attaquants chassaient ferme : le bouillant Perez-Frances allait jeter à terre Pijnen, équipier de Van Looy qui entravait la poursuite... Van Looy triompha finalement à Nancy avec 42" d’avance sur Stevens qui conservait son maillot jaune, suivi par Zandegu les autres poursuivants, et avec 1'58" sur le peloton réglé par Wagtmans.

Très satisfait, Van Looy pouvait quitter le Tour la tête haute. Il resta encore deux jours, jusqu'au Ballon d'Alsace où il arriva hors des délais. Il obtint sa sélection pour le championnat du monde à Zolder où la victoire échut à son équipier de marque hollandais Harm Ottenbros, qui battit au sprint… Julien Stevens.

         Merci à Didier Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126