Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Le mont Ventoux - Tour de France 197023 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

14ème étape - Gap-Bédoin le Ventoux, 170 km



A gauche, la route qui vient de Malaucène et à droite la route venant du chalet Reynard

Depuis 1967, année du décès de Tom Simpson, le Tour n’était plus retourné au mont Ventoux. En 1970, les organisateurs décidèrent d’y faire passer à nouveau le Tour, en prenant toutefois certaines précautions : le «géant de Provence» allait être escaladé tout en fin d’après-midi, «à la fraîche»…

Eddy Merckx n’avait jamais escaladé le Ventoux en course. Il avait cependant reconnu le «géant de Provence» le 17 juin, pour le compte de la station de radio RTL et il ne lui avait pas paru si sévère.

C’est orné d’un crêpe noir, en hommage à son manager Vincente Giacotto, décédé la veille, qu’Eddy Merckx prit le départ de cette 14ème étape, par une forte chaleur. Après avoir rejoint quelques fuyards en bas du Ventoux, Merckx accélère à 13,5 km du sommet. Il est rejoint par Agostinho. A mi-col, l’avance de Merckx et d’Agostinho est de 50" sur un premier groupe formé de Poulidor, Zoetemelk, Aimar, Gosta Petterson et Zilioli. A 10 km de l’arrivée, Merckx se détache. Au chalet Reynard, à 6 km du but, Merckx conserve 50" d’avance sur Agostinho et 1'55" sur le groupe Poulidor qui a perdu Aimar. Merckx l’emporte avec 1'11" d’avance sur Van den Bossche et Van Impe, 1'21" sur Wagtmans, 1'25" sur Thévenet (dont c’était la première performance dans le Tour), 1'31" sur Delisle, Houbrechts et Poulidor, classé 8ème.

Après avoir répondu à quelques journalistes, Eddy Merckx s’affaissa, la tête pantelante, puis se releva. Il fut aussitôt amené dans l’ambulance,  où il retrouva son compatriote Martin Van den Bossche, allongé qui reprenait conscience. Diagnostic du docteur Judet : «défaillance due au manque d’oxygène».

 Eddy Merckx avait ainsi consolidé son maillot jaune avec 9'26" d’avance sur son suivant, le jeune néerlandais Joop Zoetemelk.

         Merci à Dider Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126