Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
La folle échappée d'Eddy Merckx - Tour de France 197126 juin 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

12ème étape - Orcières Merlette-Marseille, 251 km



La folle échappée d'Eddy Merckx

Au surlendemain de la victoire à Orcières-Merlette de Luis Ocaña, qui avait pris plus de 9'00" à Eddy Merckx, et au lendemain d’une journée de repos, nul ne s’attendait à ce que cette étape de transition, le samedi 10 juillet, sur les routes étroites de la Haute-Provence devienne une étape-clé du Tour de France et même une étape de légende. Eddy Merckx, qui avait longuement roulé la veille, avait pourtant en tête un plan bien établi…

Dès le départ de Merlette, l’intrépide Riny Wagtmans, équipier de Merckx, s’élance dans la descente. Le peloton se fractionne et Ocaña, qui se tenait en queue de peloton où il venait de signer des autographes, n’est pas dans le premier peloton qui comprend Merckx et ses coéquipiers Wagtmans et Huysmans, ainsi que Paolini, Van der Vleuten, Armani, Bouloux, Aimar, et aussi Letort, coéquipier d’Ocaña.

Pendant 250 km, ce sera une longue poursuite entre le groupe d’échappés et le peloton, emmené par Ocaña et le porteur du maillot vert, Guimard. Deux groupes sont lâchés dès le 45ème kilomètre : le groupe des espagnols de Kas, et un groupe Molteni qui a attendu Joseph Bruyère victime d’une crevaison et qui ne rejoindra jamais, ne pouvant donc entraver la poursuite.

Sous un soleil de plomb, l’écart va constamment osciller entre 1'00" et 2'00". A l’arrivée, Armani devancera Merckx et Aimar pour la victoire d’étape, permettant à Merckx de reprendre, bonification comprise, 1'56" à Luis Ocaña, limitant ainsi son retard à 7'34"... L’étape a été courue à 45,351 km/h de moyenne, avec une heure d’avance sur l’horaire le plus optimiste, si bien que la tribune officielle est vide à l’arrivée…

La preuve est faite que Merckx ne s’avouera jamais vaincu, mais on se demande comment il pourra encore reprendre plus de 7'00" à Luis Ocaña…

         Merci à Dider Béoutis


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126