Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Eddy Merckx à Bordeaux - Tour de France 197116 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

17ème étape - Mont de Marsan-Bordeaux, 188 km

Parcours plat sur les routes des Landes.
Arrivée sur le circuit du Lac à Bordeaux.
Forte chaleur.

Dominé dans les Alpes par Luis Ocaña, peu fringant dans les Pyrénées où il avait retrouvé la 1ère place du classement général à la suite de l'abandon d'Ocaña, Eddy Merckx voulait réaliser un exploit avant la fin du Tour. Il voulait aussi s'assurer au classement par points une marge plus importante que les cinq points qu'il avait sur Cyrille Guimard, coupable à ses yeux d'avoir relayé l'équipe d'Ocaña lors de la poursuite au cours de l'étape Orcières-Marseille.

L'étape landaise, traditionnellement calme, allait cette année servir les desseins du "Cannibale". qui, le matin même, était allé rendre visite à Luis Ocaña venant de réintégrer sa maison de Mont-de-Marsan.

Le peloton ne s'est vraiment animé que pour les "points chauds" quant, au kilomètre 123, Raymond Riotte démarre, suivi par Swerts, Van Der Vleuten, Merckx, puis Vandenberghe, qui courait cette année pour la Salvarani. Les cinq coureurs participant pleinement à l'échappée, l'écart grandit régulièrement, malgré plusieurs contre-attaques, pour atteindre 3'05" à l'entrée du circuit du Lac. C'est Eddy Merckx qui remporte le sprint, devançant Vandenberghe, Swerts, Van Der Vleuten et Riotte. Un trio, composé de Hoban, Lopez Rodriguez et Nemesio Jimenez arrive 2'26" plus tard, tandis que Julien Stevens, avec un retard de 3'01", remporte, pour la 9ème place, le sprint du peloton devançant Karstens, Leman et Guimard, classé 12ème.

Eddy Merckx, qui peut offrir son bouquet à son patron, Monsieur Piero Molteni, présent à Bordeaux, réalise une belle opération, reléguant les 2ème et 3ème du classement général, Van Impe et Zoetemelk à respectivement 5'38" et 5'46", et accroissant de 26 points son avance sur Guimard pour le maillot vert. Jacques Goddet titre son éditorial de l'Equipe "Un Monsieur", tandis que Pierre Chany évoque "le champion qui rêve d'un maillot de lumière".

Quant à Cyrille Guimard, il explique à l'arrivée que, quand il a vu le démarrage des cinq coureurs, il ne s'est pas inquiété, occupé qu'il était à transvaser le contenu d'un bidon dans un autre. Il comprend qu'il a désormais perdu tout espoir pour le maillot vert.


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126