Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Décès de coureurs Espagnols16 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris

Les coureurs espagnols décédés accidentellement Les coureurs espagnols décédés durant leur carrière (de Cepeda à Galvez)

Par François Legarré (le 29/11/2006)

La mort d'Isaac Galvez, lors des Six jours de Gand, ne fait qu'accroître la longue litanie des coureurs espagnols décédés durant le déroulement de leur carrière.

De 1935 au samedi 27 novembre 2006, ce ne sont pas moins de 16 coureurs de nationalité espagnole qui ont perdu la vie dans la force de l'âge et en pleine gloire sportive.

LES DÉCÈS EN COURSE

1935 - Francisco Cepeda : décède à l'hôpital de Grenoble trois jours après avoir chuté lors de la 8ème étape du Tour de France 1935, dans une descente de col du côté de Bourg d'Oisans. Il est le premier coureur décédé sur la Grande boucle.

1967 - Valentin Uriona : Valentin Uriona chuta lors du championnat d'Espagne, le 30 juillet 1967. Il fut conduit à l'hôpital par mesure de prudence et y resta en observation. Il devait y décéder à la surprise des médecins qui n'avaient rien décelé à l'auscultation.

1972 - Manuel Galera : décédé le 14 février 1972 au cours de la seconde étape du Tour d'Andalousie. Victime d'un saut de chaîne durant une ascension, Manuel Galera se fracassa le crâne contre sa potence.

1976 - Juan Manuel Santisteban (KAS) : L'étape inaugurale du Giro 1976 fut endeuillée par la mort du coureur Juan Manuel Santisteban. Après 35 km de course, Santisteban qui ramenait Gonzalez Linares dans le peloton chutait et sa tête percutait violemment un garde corps. La fracture du crâne fut fatale puisqu'il décédait à son arrivée à l'hôpital.

1987 - Vicente Mata Ventura (CR) : Jeune néo professionnel, âgé de 24 ans, Vicente Mata trouva la mort alors qu'il disputait, le 15 février 1987, le Trophée Luis Puig. Renversé par une auto qui força l'arrière de la course, Mata fut transporté à l'hôpital où il fut déclaré cliniquement mort.

1996 - Jose Antonio Espinosa (MX ONDA) : Durant le critérium de Fuenlabrada, Espinosa percuta un membre de l'organisation. Victime d'une fracture du crâne, Espinosa décèdera le lendemain (20/10/1996).

1999 - Manuel San Roma (FUENLABRADA) : Agé de 22 ans, celui qui était le grand espoir du sprint espagnol, trouva la mort dans une chute survenue dans le dernier kilomètre de la 2ème étape du Tour de Catalogne. La tête, pourtant casquée *, de San Roma heurta un trottoir ; il décèdera dans l'ambulance qui le transportait à l'hôpital.
* Il y a une erreur qui survit depuis des années sur internet, celle de dire que le sprinter Manuel San Roma est mort en 1999 alors qu'il ne portait pas de casque. C'est absolument faux, il est mort avec son casque bien accroché sur sa tête. Cette fausse information circule depuis des années sur internet et revient systématiquement qu'il y a malheureusement un mort dans le peloton et qu'on fait le récapitulatif des décès des dernières décennies.
Damien Chemillé


2000 - Saul Morales (FUENLABRADA) : Le 28 février 2000, la formation Fuenlabrada, déjà durement éprouvé par les décès de San Roma et Espinosa, était à nouveau endeuillée. Saul Morales, qui disputait le Tour d'Argentine, était renversé par un camion qui se trouvait inopportunément sur le parcours de l'épreuve. Morales décèdera peu après sa prise en charge par l'ambulance.

LES DÉCÈS HORS COURSE

1984 - Alberto Fernandez (ZOR) : 2ème de la Vuelta 1984, derrière Eric Caritoux, Alberto Fernandez décède le 14 décembre de cette même année, à l'âge de 29 ans, d'un accident de voiture qui emportera également son épouse.

1994 - Antonio Martin Velasco (BANESTO) : Antonio Martin avait signé chez Banesto en 1994, après avoir remporté le classement du meilleur jeune du Tour 1993 sous le maillot de Seguros Amaya. Il n'aura jamais porté son nouveau maillot en compétition puisque le 11 février 1994, au retour d'une séance d'entraînement, il fut heurté à la tête par le rétroviseur d'un camion. Son jeune frère David débutera chez les professionnels en 2007 dans la formation continentale Orbea.

1996 - Mariano Rojas : L'habituel compagnon de chambre de Laurent Jalabert perdit la vie, à 23 ans. Un accident de voiture, alors qu'il se rendait au championnat d'Espagne, qui se disputait cette année là à Sabinanigo (Aragon), aura eu raison d'une carrière qui s'annonçait prometteuse. Son frère, Jose Joaquin Rojas, a repris le flambeau chez les pros et celui-ci promet tout autant que promettait Mariano.

2001 - Ricardo Otxoa : Décède le 15 février 2001 sur une route des environs de Malaga, où il s'entraînait avec son frère jumeau Javier. Ricardo décède lors de son transport à l'hôpital et Javier gardera à vie des séquelles psychiques et physiques de cet accident.

2003 - Jose Maria Jimenez : "El Chava", comme était surnommé le coureur d'El Barraco, souffrait d'une dépression depuis début 2002. Il n'apparut plus, dès lors, sous le maillot d'Ibanesto et mis un terme à sa carrière fin 2002. Hospitalisé en 2003 pour cette même raison, un arrêt cardiaque emportera le grimpeur espagnol le 06 décembre 2003.

2004 - Jokin Ormaetxea : Au retour de la course de Txitxarro, où les coureurs basques fêtent leur fin de saison, Ormaetxea décèdera des suites d'un accident de la circulation. Il rentrait chez lui à Azkoitia quand la voiture dont il était le passager quitta accidentellement la route.

2006 - Julen Goikoetxea : Julen Goikoetxea devait courir en 2007 chez Orbea puis chez Euskaltel Euskadi à partir de 2008. Tout s'annonçait pour le mieux pour ce coureur réputé surdoué. Une dépression devait gâcher le brillant parcours du coureur d'Anoeta. Après deux tentatives de suicide avortées, la troisième lui sera fatale et c'est en se défenestrant que Goikoetxea mettra fin à ses jours.


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126