Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Le Tour de France vu par un fan16 septembre 2019  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès adhérents

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

Liste adhérents

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2019

     Classement UCI

     Calendrier 2019

     Coupe France 2019

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

L'Association

Forum

L'actualité

Ajouter aux favoris


          Si l'on doit évoquer la grande saga des Maillots Jaunes et des vainqueurs du Tour, certains noms nous apparaissent plus glorieux que d'autres. D'un point de vue tout à fait subjectif, j'avoue être admiratif, sans en avoir cependant été le contemporain, des performances réalisées par le Suisse Hugo Koblet en 1951 et le fameux Italien Fausto Coppi en 1952, ces deux années précédant le fabuleux triplé réalisé par un autre immense champion, le Français Louison Bobet, vainqueur en 1953, 1954 et 1955.

      Ce n'est qu'à travers les articles du journal L'Équipe et quelques autres récits par-ci par-là que j'ai glané des renseignements concernant les deux champions cités lors de leurs années victorieuses. De ces lectures, il transparaissait un sentiment évident : ces deux hommes étaient au-dessus du lot.
Certes, j'ai apprécié et admiré la maestria avec laquelle Lance Armstrong a dominé les débats lors du Tour 2002, performance que cette fois j'ai bien pu apprécier au jour le jour.
Hugo KobletMais les écarts... Hugo Koblet en 1951 et Fausto Coppi en 1952 ont laissé derrière eux leur suivant au classement général à respectivement 22'00" et 28'17". Deux gouffres... on n'a plus jamais vu cela après-guerre (si, en fait, mais en 1948, l'Italien Gino Bartali s'imposa avec plus de 26'00" d'avance sur son second. Néanmoins c'était avant 1951 et 1952).
Ces écarts chiffrés donnent une idée de la domination qu'exercèrent les deux hommes l'un après l'autre (à noter qu'Hugo Koblet, au grand regret des suiveurs du Tour de France, ne participa pas à l'édition 1952 et ne put donc se mesurer à Fausto Coppi). Des deux hommes aujourd'hui, Fausto Coppi reste le plus célèbre, le plus admiré, non seulement parce qu'il gagna préalablement un autre Tour de France (en 1949), mais qu'il gagna également cinq Tours d'Italie (il fut ainsi le premier coureur à réaliser le doublé Giro-Tour, en 1949, ce qu'il réédita en 1952), et que surtout sa carrière s'étalonna de 1940 à 1958, bien que son apogée soit déjà révolu bien avant sa retraite.
Toujours d'un point de vue subjectif, et d'après les sources écrites que j'ai consultées, je reste intimement convaincu que le Hugo Koblet de 1951 (mais de cette année-là seulement, voire peut-être tout de même de 1950, lorsqu'il gagna "comme il le voulut" le Giro et le Tour de Suisse) a été intrinsèquement l'un des plus grands coureurs de tous le temps, peut-être plus fort, le temps d'un bel été 1951, que les Louison Bobet 1954, Jacques Anquetil 1961, Eddy Merckx 1969, Bernard Hinault 1982, Lance Armstrong 2002... ou avant eux Fausto Coppi 1952 ! Ce dernier avait participé au seul tour victorieux d'Hugo Koblet en 1951, mais affecté par le deuil de son frère, il n'était plus lui-même.
Un journaliste Italien affirma en 1952 que Fausto Coppi, récent vainqueur du Tour de France de cette année, aurait vaincu Hugo Koblet si celui-ci s'était présenté avec sa forme de 1951. Il est impossible bien évidemment de répondre formellement à cette question, tout comme il est trop ardu de se lancer dans des tentatives d'explications ou de comparaisons des deux champions, pour certaines raisons telles que les différences de parcours des éditions 1951 et 1952.
Je crois pouvoir simplement affirmer qu'Hugo Koblet aurait très certainement, d'après ce qu'il a réalisé en 1951, distancé Fausto Coppi dans des étapes contre-la-montre ou sur le plat, et que l'Italien aurait légèrement devancé le Suisse dans les étapes de montagne. Ce ne sont que des spéculations, et il convient de rappeler qu'en 1951 Hugo Koblet était autant intouchable sur des étapes plates (il remporta les deux contre-la-montre de l'épreuve et s'offrit le luxe unique dans l'Histoire de la course pour un favori de devancer le peloton constitué de ces meilleurs éléments de 2'35", lors de l'étape Brive la Gaillarde-Agen qu'il remporta échappé) qu'irrésistible dans les cols (ne battit-il pas au sprint son rival Fausto qui semblait avoir retrouvé une certaine forme, lors de la grande étape pyrenéenne Tarbes-Luchon ?). Le Suisse avait à l'époque bluffé tout son monde et s'annonçait comme un prodige : il venait de remporter le Tour de France à sa première participation avec une insolente facilité sur ses plus grands adversaires, et Dieu sait s'ils étaient nombreux ! Seul son grand rival national Ferdinand Kübler, par ailleurs lauréat du Tour précédent, en 1950, n'était pas présent. Les autres, ils y étaient : les Italiens déjà vainqueurs Gino Bartali et Fausto Coppi, certes l'un bien vieillissant (37 ans tout de même...) et l'autre étant l'ombre de lui-même (Serse Coppi venait de se tuer sur le Tour du Piémont), ainsi que le récent vainqueur du Giro, Fiorenzo Magni, les prometteurs Français Lucien Lazaridès et Pierre Barbotin, ainsi que les plus confirmés Jean Robic (lauréat 1947), Louison Bobet et Raphaël Géminiani (finalement second du Suisse), les Belges Constant Ockers et Rik Van Steenbergen, ceux-ci pour ne citer que les plus connus...
Hugo Koblet en 1951 est plus fort que tous ceux-là et que tout le monde, et il n'a besoin de personne pour le soutenir (aucun Suisse dans les vingt premiers du général, aucune aide en montagne...).
Fausto CoppiVais-je continuer ici de faire le Panégyrique du Suisse ? Il convient de mettre les choses au point le concernant. En 1951, Hugo a 26 ans : il effectue sa meilleure année cycliste mais ne reviendra jamais plus à cet état de forme irrésistible. J'affirme que sa carrière est alors terminée. Elle a eu la brièveté d'une étoile filante, et il semble que c'est bien le mot qui caractérise le Suisse, car ni ses 2 secondes places dans le Giro 1953 et 1954, ni ses deux victoires dans le Tour de Suisse 1953 et 1955 n'auront la saveur, le piquant de son extraordinaire succès dans le Tour 1951. Cette année-là, outre le Tour, Hugo Koblet gagne le Critérium des As, le G.P des Nations (sorte de championnat du monde du contre-la-montre individuel) et offre la victoire dans le championnat du monde sur route à Ferdi Kübler. Bref, il fait tout ce qu'il veut. Surnommé "l'Apollon du Vélo" par l'Équipe pour sa belle gueule d'ange blond, "le Pédaleur de Charme" par le chansonnier Jacques Grello pour la facilité avec laquelle il creuse des écarts sur ses adversaires dans un style d'esthète pur, sans contorsion et sans souffrance apparente, il apparaît comme un phénomène du vélo mais ne confirmera pas, ne confirmera plus... Apres son abstention de 1952, Hugo revient sur le Tour en 1953 mais il chute gravement dans la descente d'un col pyrénéen après avoir distancé les favoris dans la montée. Il abandonne, tout comme il abandonnera de nouveau sur chute en 1954. Ce sera là sa dernière apparition sur le Tour de France. Son état de grâce était révolu depuis bien longtemps. Dommage... Une seule édition avait néanmoins suffi à Hugo Koblet pour imposer sa marque indélébile sur cette épreuve. Une marque aujourd'hui à peine moins forte que celle laissée par Fausto Coppi après son sacre de 1952. Car Fausto, lui, a tout gagné, ou presque. De plus, il était comme le Suisse un esthète sur sa machine. L'Italien brille au firmament des étoiles du cyclisme car sa carrière fut plus longue, plus complète que celle du routier helvétique. Mais à formes égales, les deux hommes étaient imbattables, trop au-dessus du lot, et si l'on peut regretter qu'il n'y ait pas eu un terrain propice à une confrontation adéquate entre les deux hommes (éventuellement le Giro 1953, mais Hugo Koblet de cette année-là ne valait pas celui de 1951), on peut encore plus regretter leur mort précoce, pratiquement au même âge. Fausto Coppi mourut en 1960, à 40 ans, de la malaria, tandis qu'Hugo Koblet se tua en voiture en 1964, à 39 ans. Mais l'on peut supposer que ce dernier n'est peut-être pas pour rien à cette mort brutale...
Fausto Coppi1951, 1952 : deux dates dans la grande Histoire du Tour de France. Les victoires de deux coureurs hors du commun qui, au temps des commémorations et de la célébration de la plus belle des courses cyclistes, ne pouvaient pas ne pas être célébrés comme des routiers de légende. Grâce leur soit rendue.
Une question que l'on peut légitimement se poser lorsque l'on est suiveur du Tour de France cycliste est la suivante : la qualité d'un vainqueur fait-elle la qualité du Tour que celui-ci a conquis ?
Nous avons vu qu'Hugo Koblet en 1951 puis Fausto Coppi en 1952 avaient complètement dominé les débats et écrasé l'opposition lors de leurs victoires. Nous ne pouvons pas pour autant affirmer que les Tours 1951 et 1952 furent parmi les plus beaux de tous les temps.


      En revanche, pour qui connaît un tant soit peu le cyclisme et son Histoire, l'édition 1989 de la Grande Boucle reste assurément l'une des plus exaltantes, intéressantes et abouties de l'épreuve. Nous allons ici nous attacher à retracer la chronologie des évènements qui s'y sont déroulés, pour aboutir à la victoire finale d'un coureur américain revenu de l'enfer, Greg LeMond, sur son adversaire français Laurent Fignon. La lutte qui les opposa tout au long des trois semaines de la course fut emplie de symboles, chargée d'émotions et de rebondissements en tous genres.
Avant d'attaquer le récit que je propose (j'ajoute que celui-ci est tiré de la lecture de documents extraits essentiellement de L'Équipe, car j'étais encore trop jeune en 1989, et remanié par mes soins et selon une interprétation bien subjective), il s'agit de replacer le contexte dans lequel la course démarre de Luxembourg.
Pedro DelgadoL'année précédente, lors de l'édition 1988, le grimpeur espagnol Pedro Delgado, de la formation Reynolds (plus tard devenue la formation Banesto, et dans laquelle Miguel Indurain, futur régent du Tour de 1991 à 1995, fait encore ses classes), s'impose. Mais sa victoire est entachée par un scandale qui éclate à cinq jours de l'arrivée sur Paris : l'Espagnol, déjà porteur du Maillot Jaune, est accusé de dopage ! Des analyses urinaires révèlent en effet la présence de Probénécide, produit capable de masquer la présence d'anabolisants dont la faculté est d'augmenter les ressources musculaires de celui qui en absorbe. La contre-expertise demandée par le coureur se montre elle aussi positive, mais Pedro Delgado n'encourt finalement aucune sanction car la Probénécide ne fait pas encore partie des produits interdits par l'Union Cycliste Internationale (cela ne sera le cas qu'en fin d'année 1988), tandis que le Comité International Olympique a déjà condamné en revanche ce produit.
Pedro Delgado l'emporte donc sur les Champs-Elysées, mais sa victoire ne semble rien représenter dans l'absolu tant elle est gâchée par le scandale... d'autant plus qu'un autre coureur incriminé par un autre produit a été rétrogradé au classement général et donc puni pour un cas similaire (il s'agit du coureur néerlandais Gert-Jan Theunisse) !
Laurent FignonLorsque démarre donc l'édition 1989, l'ambiance autour de la course est délétère car marquée par "l'affaire" de 1988. Comme pour se purifier de la tourmente qui l'entoure encore, Pedro Delgado démarre ce Tour 1989 de la plus mauvaise des façons : il prend le départ du Prologue avec 2'40" de retard sur l'horaire officiel, et semble ainsi s'imposer un handicap quasi-insurmontable. Le prologue est finalement gagné par le rouleur néerlandais Erik Breukink, mais l'on a alors loisir d'apprécier les performances de deux anciens vainqueurs du Tour : Laurent Fignon, sacré en 1983 et 1984 pour ses deux premières participations, et Greg LeMond, lauréat en 1986, qui terminent respectivement second et quatrième du prologue, dans la même seconde.
Pour les deux hommes, passés par diverses fortunes durant plusieurs années, c'est le début d'une renaissance que Laurent Fignon a commencé légèrement plus tôt que Greg LeMond, après sa victoire dans le Giro 1989. Cependant, les deux hommes reviennent de loin, après leurs lauriers obtenus dans le Tour. Le Français, après une éblouissante démonstration de classe dans le Tour 1984, dans lequel il avait devancé Bernard Hinault (quintuple vainqueur en 1978, 1979, 1981, 1982 puis enfin 1985) de plus de 10'00" au classement général, n'avait pu participer au Tour 1985 pour cause de blessure et depuis végétait, cherchant désespérément son lustre d'antan... Trois longues années de galère suivirent la blessure, avec des errances et d'inexpliquables défaillances physiques ou morales, malgré une place d'honneur dans le Tour 1987 gagné par l'Irlandais Stephen Roche (7ème place au général) qui trusta cette même année le Giro et le Championnat du Monde sur route (ce que seul le plus grand des cyclistes, Eddy Merckx, avait réalisé par le passé, en 1974) ! Puis vint la victoire dans le Giro 1989 pour Laurent Fignon, et le retour de la grande forme...
Mais que dire de l'Américain Greg LeMond ? Le printemps suivant son sacre du Tour 1986, où il a devancé son coéquipier Bernard Hinault, l'Américain est victime d'un terrible accident de chasse, en recevant une décharge de chevrotine dans le corps. Il perd beaucoup de sang... Plusieurs opérations seront nécessaires pour sauvegarder sa vie menacée, mais l'on pense alors que sa carrière est brisée... Pourtant Greg LeMond, avec un immense courage, remonte sur un vélo. Ses débuts restent très laborieux, mais il s'entraîne très dur pour recouvrer sa condition de champion titré dans le Tour de France. Son "come back", Greg le prépare assidûment, convaincu que la chance va tourner en sa faveur. Et sa persévérance va payer, cela de manière éclatante lors du Tour 1989 dans lequel, de miraculé, il devient miraculeux par les performances qu'il y accomplit.
Le lendemain du prologue doit avoir lieu la fameuse épreuve du contre-la-montre par équipes, précédée auparavant d'une demi-étape dite "de transition". L'intêret de ce chrono est pour les favoris de distancer ses adversaires à condition toutefois d'avoir une équipe homogène et capable dans cet exercice de creuser des écarts. Ainsi, lors du contre-la-montre par équipes, Laurent Fignon prend l'avantage sur tous les autres favoris en emportant la victoire avec son équipe "Super U", et en distançant notamment Greg LeMond et son équire "ADR-Agrigel" de 51". Quant à Pedro Delgado, certainement sous le coup d'une défaillance morale, celui-ci est décroché de la roue de ses équipiers et arrive loin derrière eux, aggravant encore son retard et anéantissant définitivement ses chances au classement général, dans lequel Laurent Fignon se trouve le mieux placé, mais pas en tête, car le coureur portugais Acacio Da Silva a profité de l'étape de transition du matin pour s'échapper et l'emporter avec suffisament d'avance afin d'endosser le Maillot Jaune qu'il conserve quatre jours.
Lemond sur les Champs Elysées en 19989Jusqu'au contre-la-montre individuel Dinard-Rennes, cinquième étape du Tour 1989. Dans ce chrono, c'est Greg LeMond qui l'emporte et endosse par là-même le Maillot Jaune, devançant Pedro Delgado de 24" et Laurent Fignon de 58". L'Américain fait désormais entièrement figure de revenant, de miraculé, et surtout s'affirme comme un candidat potentiel à la victoire finale. Il reste seulement à voir son attitude dans les cols. Dès la neuvième étape, les pyrénées commencent, avec la victoire de Miguel Indurain au sommet de Cauterets. Greg LeMond conserve son Maillot Jaune, mais en est dépossédé le lendemain par Laurent Fignon au sommet de Superbagnères, où le coureur écossais Robert Millar l'emporte. Le Français précède alors l'Américain de 7" au classement général. La course quitte les Pyrénées, avec Laurent Fignon comme leader. Il le reste pendant cinq jours, tout comme Greg LeMond précedemment, mais lors de l'entame des Alpes, il est distancé sur le difficile contre-la-montre individuel de 39 km entre Gap et Orcières-Merlette. C'est le néerlandais Steven Rooks, second du Tour 1988, qui s'y impose, devant Pedro Delgado, de plus en plus impressionnant, mais c'est surtout Greg LeMond qui hérite de nouveau de la tunique jaune de leader, avec 40" d'avance sur Laurent Fignon. Cependant le chassé-croisé est loin d'être terminé entre les deux coureurs et au lendemain de la terrible étape Gap-Briançon, par-delà le col de l'Izoard, se profile une autre étape terrible, la dix-septième : Briançon-L'Alpe d'Huez.
Au sommet de ce col mythique, où Fausto Coppi a écrit une page de sa légende en 1952, c'est un autre Hollandais après Steven Rooks l'année précédente qui s'impose : son équipier Gert-Jan Theunisse, qui sera sacré meilleur grimpeur du Tour 1989. A l'arrivée, Laurent Fignon réalise une bonne affaire et distance Greg LeMond, tout en le dépossédant du Maillot Jaune, avec un avantage de 26" sur l'Américain. Et les Alpes ne sont pas terminées car le Français remet ça dans la dix-huitième étape, le lendemain de sa prise de pouvoir à "L'Alpe" : il s'impose détaché à Villard-de-Lans devant tous les favoris et porte son avantage sur Greg LeMond à 50" au classement général. Las, l'Américain n'a pas dit son dernier mot et tente un nouveau coup de collier lors de la dernière étape alpestre Villard de Lans-Aix les Bains. Sans conséquence toutefois car s'il l'emporte, il ne distance en rien Laurent Fignon qu'il a battu au sprint. Paris est dans deux jours et Laurent Fignon est toujours en jaune !
Tout doit se jouer lors de l'ultime étape de ce Tour, un contre-la-montre individuel de 24.5 km menant de Versailles à Paris, où l'arrivée a lieu sur les Champs-Elysées. Avec 50" d'avance, tout le monde se dit que Laurent Fignon ne peut être battu sur une distance aussi courte...
Et pourtant ! Handicapé par une blessure à la selle, le Français, moins bon rouleur que l'Américain, il faut l'admettre, doit pédaler "en crabe", et ne dispose donc pas des ressources nécessaires dans un exercice si exigeant. De fait, le miracle se produit : Greg LeMond s'élance dans la course du désespoir avec une volonté farouche et une foi inébranlable. "Armé" d'un vélo disposant d'un guidon triathlète, lui offrant des points d'appuis supplémentaires et une position plus aérodynamique dans les lignes droites, enroulant un énorme braquet (54 x 12, il faut une énorme puissance pour pédaler !), Greg renverse petit à petit la situation, comme lui seul pouvait l'imaginer, tandis que le Français, malgré une admirable performance, perd du terrain. A l'arrivée, l'Américain l'emporte bien sûr et signe un chrono canon : il a parcouru les 24.5 km en 26'57", ce qui fait une vitesse moyenne de 54.545 km/h. Il s'agit de la plus grande vitesse réalisée dans un contre-la-montre du Tour de France, il est vrai sur une distance relativament courte. Laurent Fignon finit quant à lui troisième temps, à 58" de Greg LeMond. Son avantage de 50" a fondu, son adversaire lui a repris plus de 2" par kilomètre. Incroyable retournement de situation !
Pour 8 petites secondes, Greg LeMond devance donc Laurent Fignon dans le final de ce Tour 1989 qui fut incontestablement l'un des plus beaux de l'Histoire. Vous pouvez, je pense, en juger.
Greg LeMondAinsi Greg LeMond gagna t-il le Tour de France 1989 avec seulement 8" sur Laurent Fignon, tandis que Fausto Coppi devança le Belge Stan Ockers de plus de 28'00" en 1952. Les écarts entre le vainqueur et son second sont largement différents, mais le résultat est le même : un succès dans la plus grande des courses cyclistes. A noter que si Fausto Coppi s'arrêta sur cette écrasante victoire de 1952 en ne revenant plus sur le Tour de France, Greg LeMond fut lui complètement relancé par le sacre de 1989 après son terrible accident de chasse du printemps 1987, et remporta à nouveau la Grande Boucle l'année suivante, en 1990. Par la suite, Greg ne brilla plus sur le Tour, terminant septième du classement final en 1991 après deux irrémédiables défaillances dans la montagne, et finissant dans un quasi-anonymat par abandonner dès les premières étapes, en 1994.
Quant à Laurent Fignon, lui non plus ne réussit à s'imposer de nouveau dans le Tour de France, laissant son compteur de victoire bloqué à deux (celles de 1983 et 1984). Pour conclure sur les deux hommes, dont le chassé-croisé en 1989 fut fascinant et magnifique, je crois que Greg LeMond n'aurait jamais gagné le Tour 1990 si le Tour précédent n'était tombé dans son escarcelle. De même Laurent Fignon, après son échec de 1989, est resté marqué et n'a plus retrouvé le brio de cette année ou de 1983 et 1984, années de ses succès. Il semble néanmoins que Greg LeMond n'a pas démérité sa fantastique victoire du Tour 1989, car il confirma en enlevant quelques semaines plus tard le Championnat du Monde sur route, et de fort belle manière, compétition qu'il avait préalablement gagné en 1983. Trois Tours de France, deux titres de Champion du Monde, chapeau Greg...


Puisque l'on évoque le Championnat du Monde sur route, comment ne pas parler du coureur français Georges Speicher qui, quelques cinquante-six ans avant Greg LeMond, donc en 1933, réussit le même exploit que l'Américain, à savoir gagner la même année Tour de France et Championnat du Monde.
Georges SpeicherGeorges Speicher fut en fait un pionnier, puisque premier coureur à réaliser cette performance et tout simplement premier français Champion du Monde ! Mais ce qui nous interesse ici, c'est sa victoire dans le Tour 1933, qui s'inscrivait dans une spirale de victoires françaises dans la Grande Boucle. En effet, de 1930 à 1934 inclus, puis de nouveau en 1937, un coureur français gagna le Tour de France.
Ce qui est très interessant, c'est que cette série de succès s'expliquait par ce qui fut une révolution lors de sa mise en place pour la première fois en 1930, à savoir la création des Equipes Nationales, supplantant les équipes de marques cyclistes présentes depuis 1903 sur la course. Le père du Tour de France, Henri Desgrange, fut à l'origine du remplacement des equipes de marque par les réunions des meilleurs coureurs cyclistes de chaque pays sous la bannière de leur drapeau national. Ce fut une idée de génie, et la possibilité pour la France de renouer avec le succès dans la grande épreuve, après une main-mise belge, italienne (Ottavio Bottechia en 1924 et 1925) ou luxembourgeoise (Nicolas Frantz en 1927 et 1928), et une seule victoire française (Henri Pélissier en 1923), depuis 1919.
En 1930, l'Equipe de France se montre la plus complète des cinq sélections de huit coureurs (pour un total de quarante coureurs appelés les "as"), auquel il faut ajouter quelques soixante "touristes-routiers" (coureurs individuels). Cela sera également le cas en 1931, 1932, 1933, 1934 puis 1937, au détriment des équipes belges, italiennes, espagnoles ou allemandes, parfois aussi fortes voire plus fortes que l'Equipe de France, mais pas animées de l'esprit de camaraderie régnant dans cette dernière. Cet esprit est véritablement né en 1930, avec pour cadre la seizième étape de ce Tour, entre Grenoble et Evian, à travers les cols alpestres. Le très populaire André Leducq est alors Maillot Jaune depuis six étapes, et s'affirme comme le leader logique de l'Equipe de France. Lors de la descente du légendaire col du Galibier, André Leducq casse sa pédale et tombe. L'un de ses coéquipiers, Pierre Magne, répare alors rapidement, et permet à son leader de repartir. Mais plus bas dans la descente, dans le secteur du col du Télégraphe, André Leducq, surnommé "Dédé", tombe lourdement et saigne. Il est alors complètement désespéré, désemparé. De fait, tous ses copains le remettent en selle, l'entourent, puis commence la folle aventure : le plus dangereux rival de Dédé, l'Italien Learco Guerra est en tête avec près de 14'00" d'avance, il s'agit de combler cet immense retard. Ce sera fait en 75 km, tous les coureurs de l'Equipe de France s'échinant à revenir sur le groupe de tête, sous la conduite de Charles Pélissier, frère d'Henri, lauréat en 1923, et de Francis, autre excellent coureur cycliste qui aida Henri lors de son succès. Charles Pélissier qui, dans ce Tour 1930, va remporter la bagatelle de huit victoires d'étapes, record absolu que seuls les Belges Eddy Merckx (quintuple vainqueur de 1969 à 1972 inclus, et 1974) en 1970 et 1974, et Freddy Maertens, redoutable sprinteur, en 1976, vont égaler. Mais revenons à Dédé Leducq en 1930.
André LeducqL'Equipe de France a donc rattrapé les hommes de tête et Learco Guerra n'est plus aussi menaçant pour Dédé, qui l'emporte finalement au sprint à Evian devant Charles Pélissier. Incroyable André Leducq ! Et surtout quelle fantastique Equipe de France, qui a montré son immense tempérament devant le danger qui menaçait le beau maillot de Dédé. Le Tour est alors gagné pour André Leducq, pour la plus grande joie d'Henri Desgrange, transporté par cette sélection française conquérante.
A Paris, où Charles Pélissier gagne sa quatrième victoire d'étape consécutive, André Leducq devance Learco Guerra de près d'un quart d'heure, et gagne une popularité immense auprès du public français conquis par sa belle gueule rieuse. Pour une première par équipes nationales, le Tour est un succès, en grande partie grâce à la véritable union sacrée qui s'est cristallisée dans l'Equipe de France autour d'André Leducq. L'harmonie et l'osmose se poursuivent complètement en 1931, mais pas au profit de Dédé : cette fois-ci c'est à Antonin Magne, dit "Tonin", et frère de Pierre Magne qui répara la pédale de Dédé dans la descente du Galibier, de s'affirmer comme le chef de file des ambitions françaises. Tonin, troisième au classement général en 1930, gagne la grande étape pyrénéenne Pau-Luchon et endosse le Maillot Jaune qu'il ne quittera plus avant Paris. De nombreuses menaces se sont pourtant amoncelées devant lui mais le concours toujours précieux de l'inamovible Charles Pélissier (encore lauréat de cinq victoires d'étapes), d'André Leducq, qui sait aussi rendre ce que l'on lui donne, ou de Benoît Faure lui font tenir bon. Antonin Magne gagne donc ce Tour de France 1931, tandis qu'André Leducq n'est pas aussi brillant que l'année précédente : il n'est que dixième au classement général, à une heure et demie de Tonin.
Cette relative déconvenue n'empêche pas Dédé de l'emporter à nouveau l'année suivante, avec une maestria encore plus affirmée qu'en 1930. En l'absence d'Antonin Magne et de Charles Pélissier, André Leducq est le chef de file logique d'une Equipe de France qui incorpore en son sein de nouveaux éléments tels Georges Speicher et Maurice Archambaud, dont nous reparlerons. Dédé gagne la troisième étape, Nantes-Bordeaux, endosse le Maillot Jaune et le conserve jusqu'à l'arrivée à Paris où il l'emporte brillament au sprint devant son coéquipier Georges Speicher, sur la toute nouvelle piste du Parc des Princes. Cette victoire d'étape est pour Dédé la sixième dans ce Tour 1932, et affirme la consécration d'un magnifique coureur, alors au sommet de son art. Dédé a été brillant partout : sur le plat, comme le montrent ses victoires à Bordeaux ou Paris, mais aussi dans la montagne, puisqu'il l'emporte à l'issue de la grande étape des Alpes Grenoble-Aix les Bains, au détriment des grimpeurs Belges et Italiens ! André Leducq devance finalement son second, l'Allemand Kurt Stoepel de plus de 24'00" au cassement général final. Il a certes bénéficié des bonifications en temps accordées aux arrivées d'étapes (quatre minutes pour le premier, deux pour le deuxième, et une pour le troisième) puisqu'il l'emporta à six reprises, mais son plus grand mérite fut de ne jamais flancher devant la cohorte de ses adversaires, comme ce fut le cas en 1930...
Néanmoins, André Leducq n'affichera plus cet état de forme de 1932, et en 1933, si Antonin Magne est cette fois présent et l'Equipe de France plus brillante que jamais, c'est l'inattendu Georges Speicher qui est sacré à l'arrivée au Parc des Princes à Paris. Néophyte en 1932, Georges Speicher aide tout d'abord dans ce Tour 1933 son coéquipier Maurice Archambaud qui a gagné la première étape Paris-Lille, et de fait, conserve le Maillot Jaune durant huit jours. Cependant la forme de Georges Speicher devient évidente dès la deuxième semaine de course, et celui-ci, remportant trois étapes sur cinq possibles de Grenoble à Marseille, endosse dans la cité phocéenne le Maillot Jaune au détriment de son coéquipier Maurice Archambaud. Toutefois, l'esprit d'équipe joue encore dans cette Equipe de France et Georges Speicher résiste aux assauts des Italiens Learco Guerra et Giuseppe Martano lors des étapes pyrénéennes, bien aidé par ses équipiers Maurice Archambaud (qui finit cinquième au classement général) et Antonin Magne (huitième). Dans le prolongement de son Tour victorieux, Georges Speicher, comme il l'a été dit plus haut, devient la même année Champion du Monde, devant son compatriote Antonin Magne !
Antonin MagneTonin, déjà sacré dans le Tour en 1931, le redevient en 1934. L'Equipe de France accueille alors un petit prodige, un grimpeur irréel : René Vietto, tout juste vingt ans. Ce dernier aide largement son leader Antonin Magne dans la montagne, alors que celui-ci est leader depuis le second jour de course. Deux étapes de suite dans les Pyrenées, René Vietto, qui finira meilleur grimpeur de ce Tour de France, dépanne Tonin : d'abord, dans la quinzième étape, en lui donnant sa roue, puis dans la seizième en lui donnant son vélo. Deux sacrifices qui permettent à Tonin de conserver le leadership de la course face aux grimpeurs Giuseppe Martano et Félicien Vervaecke. De toute façon, Tonin montre qu'il est bien le plus fort en l'emportant dans le premier contre-la-montre individuel de l'Histoire du Tour de France, sur 83 km, entre La Roche sur Yon et Nantes. Antonin Magne réussit ainsi le doublé dans la Grande Boucle, comme son ami André Leducq. Quand à René Vietto, finalement cinquième de l'épreuve, il ne gagnera jamais le Tour de France (il sera second en 1939 et cinquième en 1947, entre-temps il y eut la Guerre...).
1930-1934 : un âge d'or du cyclisme français (sans oublier la victoire en 1937 de Roger Lapébie), dont André Leducq et Antonin Magne furent les plus beaux fleurons. De bien beaux fleurons...

      Le 90ème Tour de France cycliste vient de s'achever aujourd'hui même, dimanche 27 juillet 2003, à Paris-Champs Elysées, sur le sacre de l'Américain Lance Armstrong. Le champion texan vient de réussir la passe de cinq, rejoignant ainsi la caste des autres quintuples vainqueurs de la Grande Boucle que sont, dans l'ordre chronologique, le Français Jacques Anquetil, le Belge Eddy Merckx, un autre Français, Bernard Hinault, et l'Espagnol Miguel Indurain.
Oh, beaucoup d'articles ont été écrits dans toute la presse spécialisée sur l'ensemble de ce Tour du Centenaire et sur le triomphe de Lance Armstrong, ainsi je ne fais ici que coucher sur le papier mes impressions quant à l'épreuve qui vient de se terminer et les enseignements que j'en ai tiré.
Armstrong 2003Ce Tour de France 2003, que j'ai suivi avec beaucoup d'attention, je l'ai trouvé magnifique, d'une part pour le public dans lequel je me classe, et pour les suiveurs de la caravane, et d'autre part pour les coureurs, car ce cru 2003 a dans une très large mesure magnifié l'approche que je me fais des coureurs cyclistes, contrairement aux éditions précédentes. Et cela pour plusieurs raisons :
- premièrement, la domination physique que Lance Armstrong manifestait dans ses quatre succès consécutifs précédents, de 1999 à 2002, s'est trouvée réduite à néant cette année, excepté peut-être dans l'étape pyrénéenne menant vers Luz-Ardiden, sur laquelle nous reviendrons tout à l'heure, cette absence de totale domination s'est traduite par un regain de confiance de ses adversaires et un classement général extrêmement ouvert encore à moins d'une semaine de l'arrivée à Paris.
- deuxièmement, le tracé de l'épreuve était très exigeant, et un nombre est pourtant révélateur de la bonne volonté des coureurs : la moyenne générale de vitesse à environ 40.900 km/h pour cette édition, vitesse record évidemment.
- troisièmement, l'esprit d'offensive sans cesse renouvelé des baroudeurs et leurs récompenses acquises en fin de Tour, lorsque les équipes de sprinters, diminuées, n'ont plus les mêmes velléités qu'en début de parcours.
- le courage manifesté par des blessés victimes de chutes, tels Jimmy Casper, qui a vécu plusieurs calvaires avant d'abandonner, vidé de ses forces, dans la terrible montagne.
Certes, tout ne fut pas rose, le dopage traîne encore dans le peloton (un coureur, dont l'identité et l'équipe à laquelle il appartient n'ont pas été révélés, a été déclaré positif à l'EPO), et les spectateurs se montrent trop imprudents sur le bord des routes, notamment lors des étapes de montagne, là où l'effort est le plus violent et où les coureurs ont logiquement besoin du plus d'espaces que possible.
La chute de Lance Armstrong dans la montée vers Luz-Ardiden l'illustre bien. Certes, l'Américain a concédé qu'il s'est trop déporté sur la droite de la route, où le public était massé en nombre. C'était peut-être une imprudence de sa part, mais parce qu'il est un immense champion il l'a d'une part avoué, et de l'autre il a su réagir avec brio pour s'envoler vers sa seule victoire d'étape dans ce Tour du Centenaire, alors qu'il nous avait habitué par le passé à une brochette de quatre succès d'étapes (ce fut le cas en 1999, 2001 et 2002, mais pas en 2000, où il compta également un seul succès).
Cette victoire à Luz-Ardiden est un des hauts faits de ce Tour de France, et le champion américain l'a autant obtenu, sinon même plus, avec la grinta, la rage de vaincre, qu'avec ses jambes.
S'il n'a pas affiché la plénitude de ses moyens dans ce Tour 2003, Lance Armstrong a néanmoins réussi a l'emporter pour la cinquième fois à Paris, et cela est tout sauf immérité.
Armtrong 1999Pour moi, Lance est LE plus grand coureur de tous, sur le Tour de France s'entend. Cette affirmation va certainement à l'encontre de tous les classements spécialisés qui portent Eddy Merckx au sommet de la hiérarchie cycliste. De plus, je n'ai pas eu le privilège, n'étant pas né, de suivre les exploits du Cannibale Belge au temps de sa splendeur. Certes, Lance n'a pas gagné d'étape telle celle de Luchon-Mourenx Ville Nouvelle 1969, lorsque Eddy avait distancé ses rivaux les plus sérieux qu'étaient Roger Pingeon et Raymond Poulidor de 8'00" à travers les cols pyrenéens, ou d'autres tels Jan Janssen, vainqueur du Tour l'année précédente, ou Felice Gimondi, fameux champion s'il en était, et lauréat en 1965, coureurs seigneurs de la route relégués à un quart d'heure derrière le nouveau régent du Tour... Mais, comme Jacques Anquetil avait son Raymond Poulidor, Eddy Merckx son Luis Ocaña, et Fausto Coppi son Gino Bartali, à moins que ce ne soit l'inverse, Lance Armstrong possède en Jan Ullrich un adversaire de taille, qui ne fait qu'ajouter à la grande Galerie des duels cyclistes qui émaillent l'Histoire (citons aussi le mano à mano Greg LeMond-Laurent Fignon 1989, Bernard Hinault-Joop Zoetemelk, ou le duel historique entre les Suisses Ferdi Kubler et Hugo Koblet).
En 2003, Lance Armstrong était menacé : Jan Ullrich, bien sûr, mais aussi Alexandre Vinokourov, Iban Mayo, Tyler Hamilton, et le malheureux Joseba Beloki, qui chuta... furent des adversaires acharnés à la perte du champion revenu du cancer. Mais Lance s'est imposé : il n'est ni Eddy Merckx qui gagna tout, ni Fausto Coppi qui fut le plus marquant, ni Jacques Anquetil qui fut le plus facile : il est Lance Armstrong, champion du Tour de France, ayant pour lui une chose unique : une intelligence de course sans pareille, une tête bien pleine qui en fait le plus grand tacticien de l'Histoire du Cyclisme.
Armstrong 2000Et ce n'est que justice s'il accède au Panthéon des super-vedettes du Tour de France tant il le mérite. Il peut gagner un sixième Tour de France : peut-être pas avec la forme qu'il a affiché sur les routes de France cette année et qui, il l'a avoué, était inacceptable pour lui, mais avec celle de 2002, pas de doute possible, il y arrivera, même avec un Jan Ullrich surentraîné.
Un nouveau siècle de Tour de France vient de s'ouvrir désormais. Là où Jacques Anquetil, sur abandon en 1966, Eddy Merckx, irrémédiablement lâché par Bernard Thévenet en 1975, Bernard Hinault, battu par Laurent Fignon en 1984 et Greg LeMond en 1986, et Miguel Indurain, défaillant en 1996, ont tous échoué, lui pourrait réussir : la passe de six, qui le consacrerait définitivement comme LE super-champion de l'Histoire du Tour de France. Mais nous n'en sommes pas là. Tous les champions cités ci-dessus et qui ont échoué dans leur quête d'un sixième Graal ne pensaient pas en être empêchés. La sixième marche a de tous temps été impossible à gravir. Lance Armstrong n'est pas non plus à l'abri de la fatalité du Destin, qui reste plus fort que les Hommes, même lorsqu'ils semblent surhumains...
Ullrich 1997Et Jan Ullrich dans tout cela ? Il est un Grand, un très Grand, mais il lui manque ce petit quelque chose qui fait que Lance Armstrong a pour l'instant toujours fait la différence sur lui. Pourtant, l'Allemand est un champion, et un Homme du Tour, car en six participations à l'épreuve il s'est classé une fois premier (sacre en 1997 à 23 ans et demi), et cinq fois second (1996, 1998, 2000, 2001, 2003) ! Sa seconde place dans le Tour 2003 a néanmoins une autre saveur que les précédentes, car cette fois Jan a moins subi la férule de l'Américain. Elle est même le signe d'une possible renaissance après quatorze mois d'absence à la compétition. Enorme dans le contre-la-montre menant de Gaillac à Cap-Découverte dans le sud-ouest, Jan Ullrich y devança Lance Armstrong de plus d'une minute et demie, même si, il faut y penser, l'Américain a subi une très forte déshydratation qui lui enleva peu à peu ses forces. L'Allemand, lui, nullement gêné par une étouffante canicule (38°C), l'emporta avec brio en 48 km/h de moyenne. Excepté à l'Alpe-d'Huez, où il fut malade et concéda du temps sur le champion texan, et à Luz-Ardiden, où Lance s'envolait pour, au final, s'assurer la victoire dans le Tour, Jan fut également brillant en montagne, mais ce ne fut pas suffisant pour déboulonner le pour l'instant encore invincible Lance Armstrong.
J'adore ce coureur américain, mais très sincèrement, je me suis pris à vraiment admirer Jan Ullrich durant ce Tour de France, alors que par le passé je le trouvais suceur de roues et incapable d'attaquer. Maintenant, j'ai compris : dans les cols, l'Allemand roule à son train et pousse ses accélérations sans le laisser paraître. Et même si ce n'est pas aussi explosif que les attaques de Lance dans les Tours précédents ou à Luz-Ardiden cette année, cela reste réellement impressionnant et admirable.

     Affiche Tour de France 2004
J'avoue sans détour que j'ai très hâte d'être à 2004, et espère que les deux Champions seront au meilleur de leur forme pour s'affronter loyalement.
Et les autres ? Les challengers de cette année furent plus offensifs que les années précédentes mais je pense que nous avons eu la confirmation que seul un Jan Ullrich bien préparé est capable d'affronter le Maillot Jaune. Une bonne préparation et une équipe solide à sa cause... Car n'oublions pas que Lance Armstrong bénéficie, lui, d'une équipe royale, à son entière dévotion : si Roberto Heras et José Luis Rubiera furent moins impressionants qu'en 2002 en montagne, l'US Postal a brillamment gagné le chrono par équipes, plaçant son leader dans les meilleurs dispositions au Classement Général. Ainsi Lance s'empara t-il de la tunique jaune dès l'Alpe-d'Huez, terme de la huitième étape, pour ne la plus quitter...

Clément Charlieu.

.
    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 1/02/2013 à 19:06

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts
 
© 1997/2019 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126