Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
43ème Tour de France 195624 juin 2021  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès réservé

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2021

     Classement UCI

     Calendrier 2021

     Coupe France 2021

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

Forum

L'actualité

     Louison Bobet est forfait pour cette édition. Une échappée fleuve de 31 coureurs va rallier Angers avec 19 minutes d'avance sur le peloton. Parmi ceux-ci Roger Walkowiak qui va résister à tous les favoris, dont Charly Gaul, qui ne croient pas au danger représenté par ce coureur de 29 ans. Il ne connaitra pas de défaillance dans la montagne et finit par s'imposer avec un peu plus d' 1 minute sur Gilbert Bauvin. Ce Tour fut l'un des préférés de Jacques Goddet. On dit encore de nos jours : "Gagner à la Walkowiak" !

  Roger Walkowiak (Fra)

Les étapes
Classement général
La petite histoire
Les partants
Walkowiak atteint son Everest




 
Etapes du 05 au 28/07/1956
1 Reims-Liège (Bel), 223 km
2 Liège-Lille, 217 km
3 Lille-Rouen, 225 km
4a Circuit des Essarts, 15.1 km ITT
4b Rouen-Caen, 125 km
5 Caen-St Malo, 189 km
6 St Malo-Lorient, 192 km
7 Lorient-Angers, 244 km
8 Angers-La Rochelle, 180 km
9 La Rochelle-Bordeaux, 219 km
10 Bordeaux-Bayonne, 201 km
11 Bayonne-Pau, 255 km
12 Pau-Luchon, 130 km
13 Luchon-Toulouse, 176 km
14 Toulouse-Montpellier, 231 km
15 Montpellier-Aix en Provence, 204 km
16 Aix en Provence-Gap, 203 km
17 Gap-Turin (Ita), 234 km
18 Turin-Grenoble, 250 km
19 Grenoble-St Etienne, 173 km
20 St Etienne-Lyon, 73 km ITT
21 Lyon-Montluçon, 237 km
22 Montluçon-Paris, 331 km
 


1 Reims-Liège (Bel), 223 km
1. André Darrigade en 5h19'15"
2. Schaer
3. Robinson
4. Vlayen à 2'04"
5. Voorting
6. Barbosa
7. Lauredi
8. De Groot à 5'34"
9. Barbotin à 5'36"
10. Adriaensens à 6'40"
* Darrigade
Classement complet
 
2 Liège-Lille, 217 km
1. Alfred De Bruyne en 6h35'31"
2. Pardoen
3. Mallejac
4. Schmitz
5. Caput à 49"
6. Hassenforder
7. Rolland
8. Barone
9. Scodeller
10. Monti
* Darrigade
Classement complet
 
3 Lille-Rouen, 225 km
1. Arrigo Padovan en 6h34"31"
2. Desmet
3. Le Ber
4. Mahe
5. Chaussabel à 10"
6. Van der Pluym
7. Frei
8. Barbosa à 20"
9. Huyghe à 1'25"
10. Picot à 14'54"
* G.Desmet
Classement complet
 
4a Circuit des Essarts, 15.1 km ITT
1. Charly Gaul en 22'19"
2. Brankart à 27"
3. Bahamontes à 32"
4. Ockers à 33"
5. Schmitz à 45"
6. Elena à 47"
7. Bauvin à 48"
8. Fornara à 50"
9. Desmet à 58"
10. Coletto à 1'01"
* G.Desmet
Classement complet
 
4b Rouen-Caen, 125 km
1. Roger Hassenforder en 2h56'44"
2. Voorting
3. Privat
4. Picot
5. Barbotin
6. Audaire
7. Dolhats à 1'42"
8. Walkowiak
9. Poblet à 1'45"
10. Ockers
* Darrigade
Classement complet
 
5 Caen-St Malo, 189 km
1. Joseph Morvan en 4h51'49"
2. Fantini
3. De Groot
4. Hoorelbeke
5. Stolker
6. Bertolo
7. Mirando
8. Walkowiak
9. Forestier
10. Nolten
* Darrigade
Classement complet
 
6 St Malo-Lorient, 192 km
1. Alfred De Bruyne en 4h39'19"
2. Thomin
3. Caput
4. Monti
5. Le Ber
6. De Groot
7. Audaire
8. Darrigade
9. Picot
10. Vlayen
* Darrigade
Classement complet
 
7 Lorient-Angers, 244 km
1. Alessandro Fantini en 5h59'20"
2. Voorting
3. Van de Brekel
4. Bauvin
5. Desmet
6. Padovan
7. Hinsen
8. Caput
9. Dolhats
10. Wagtmans
* Walkowiak
Classement complet
 
8 Angers-La Rochelle, 180 km
1. Miguel Poblet en 4h14'56"
2. Caput
3. De Groot
4. Schellenberg
5. Quentin
6. Privat
7. Robinson
8. Tonello
9. Adriaenssens
10. Giudici
* Walkowiak
Classement complet
 
9 La Rochelle-Bordeaux, 219 km
1. Roger Hassenforder en 5h31'00"
2. Van der Pluym
3. Le Ber à 55"
4. Desmet
5. Dolhats
6. Darrigade à 1'07"
7. Ockers
8. Bover
9. Padovan
10. Bauvin
* Walkowiak
Classement complet
 
10 Bordeaux-Bayonne, 201 km
1. Alfred De Bruyne en 4h59'39"
2. Darrigade
3. Desmet
4. Monti
5. Lauredi
6. Quentin
7. Chacon
8. Bauvin
9. Barone
10. Defilippis
* Voorting
Classement complet
 
11 Bayonne-Pau, 255 km
 

Aubisque (1) -> Huot
 
1. Nino Defilippis en 6h35'57"
2. Ockers
3. Darrigade
4. Forestier
5. Gaul
6. Bahamontes
7. Brankart
8. Walkowiak
9. Wagtmans
10. Huot
* Darrigade
Classement complet
 
12 Pau-Luchon, 130 km
 

Aspin (2) -> Defilippis
Peyresourde (Hors-GPM) -> J.P Schmitz

1. Jean-Pierre Schmitz en 3h54'40"
2. Picot à 2'08"
3. Ruiz à 2'10"
4. Morvan à 2'30"
5. Huot à 2'34"
6. Van Genechten à 4'14"
7. Barbosa
8. Meyzenq à 4'49"
9. Defilippis à 5'03"
10. Bahamontes à 5'24"
* Adriaensens
Classement complet
 
13 Luchon-Toulouse, 176 km
 

Les Ares (3) -> Monti
Portet d'Aspet (2) -> Gaul
Latrape (3) -> Gaul
 
1. Nino Defilippis en 4h49'46"
2. Picot
3. Ockers
4. Thomin
5. Ernzer
6. Voorting
7. De Groot
8. Gibanel
9. Bover
10. Deledda
* Adriaensens
Classement complet
 
14 Toulouse-Montpellier, 231 km
1. Roger Hassenforder en 5h26'05"
2. De Groot
3. Wagtmans
4. Bahamontes
5. Le Ber
6. Beuffeuil à 41"
7. Fantini à 1'15"
8. Schellenberg
9. Monti
10. Marigil
* Adriaensens
Classement complet
 
15 Montpellier-Aix en Provence, 204 km
1. Joseph Thomin en 5h01'10"
2. Forestier
3. Giudici
4. Botella
5. Scribante
6. Barbotin
7. Padovan à 14"
8. Ockers
9. Picot
10. Deledda
* W.Wagtmans
Classement complet
 
16 Aix en Provence-Gap, 203 km


Pointu (3) -> Forestier
Homme-mort (2) -> Forestier
Sentinelle (3) -> Forestier

1. Jean Forestier en 5h30'15"
2. Baffi
3. Barbosa
4. Van Genechten
5. Lampre
6. Lerda
7. Audaire
8. Bahamontes
9. Nolten
10. Lorono
* W.Wagtmans
Classement complet
 
17 Gap-Turin (Ita), 234 km
 

Izoard (1) -> Huot
Montgenèvre (2) -> Huot
Sestrières (1) -> Gaul
 
1. Nino Defilippis en 6h42'09"
2. Ockers
3. Bauvin
4. Nencini
5. Walkowiak
6. Robinson
7. Close
8. Van der Pluym
9. Bahamontes
10. Wagtmans
* W.Wagtmans
Classement complet
 
18 Turin-Grenoble, 250 km
 

Mont Cenis (1) -> Bahamontes
Croix de fer (1) -> Marigil
Luitel (2) -> Gaul
 
1. Charly Gaul en 8h14'11"
2. Ockers à 3'22"
3. Nencini à 7'29"
4. Bahamontes
5. Walkowiak
6. Padovan à 9'19"
7. Robinson
8. Bauvin
9. Van Genechten
10. Privat
* Walkowiak
Classement complet
 
19 Grenoble-St Etienne, 173 km


Oeillon (2) -> Bahamontes
La République (2) -> Ockers

1. Stan Ockers en 5h32'08"
2. Gaul à 2'12"
3. Janssens
4. Bahamontes
5. Forestier à 3'44"
6. Walkowiak
7. Huot
8. Bauvin
9. Adriaensens
10. Darrigade à 5'08"
* Walkowiak
Classement complet
 
20 St Etienne-Lyon, 73 km ITT
1. Miguel Bover en 1h46'47"
2. Adriaensens à 1"
3. Le Ber à 1'01"
4. Ockers à 1'53"
5. Bauvin à 2'37"
6. Gaul à 2'39"
7. Hassenforder à 2'41"
8. Brankart à 2'48"
9. Mirando à 3'03"
10. Lauredi à 3'05"
* Walkowiak
Classement complet
 
21 Lyon-Montluçon, 237 km


La Luère (3) -> Dotto
Beaulouis (3) -> Hassenforder

1. Roger Hassenforder en 7h04'02"
2. Botella à 7'35"
3. Ockers à 8'08"
4. Sabbadini
5. Dolhats
6. Darrigade
7. Voorting
8. Desmet
9. Bahamontes
10. Barbosa
* Walkowiak
Classement complet
 
22 Montluçon-Paris/Parc des Princes, 331 km
1. Gastone Nencini en 9h28'05"
2. Le Ber
3. Mirando
4. Desmet
5. Fantini
6. Ockers
7. Darrigade
8. Thomin
9. Voorting
10. Coletto
Classement complet
 


Classement général :
 
1. Roger WALKOWIAK (Fra) en 124h01'16"
2. Gilbert Bauvin (Fra) à 1'25"
3. Jan Adriaensens (Bel) à 3'44"
4. Federico Bahamontes (Esp) à 10'14"
5. Nino Defilippis (Ita) à 10'25"
6. Wout Wagtmans (Hol) à 10'59"
7. Nello Lauredi (Fra) à 14'01"
8. Stan Ockers (Bel) à 16'52"
9. René Privat (Fra) à 22'59"
10. Antonio Barbosa (Por) à 26'03"
11. Gerrit Voorting (Hol) à 27'16"
12. Jean Forestier (Fra) à 30'15"
13. Charly Gaul (Lux) à 32'14"
14. Brian Robinson (Gbr) à 33'54"
15. Daan De Groot (Hol) à 38'40"
16. André Darrigade (Fra) à 39'51"
17. Alex Close (Bel) à 41'47"
18. Fernand Picot (Fra) à 42'28"
19. Jean Dotto (Fra) à 47'19"
20. Alfred De Bruyne (Bel) à 49'53"
21. Gilbert Desmet (Bel) à 50'56"
22. Gastone Nencini (Ita) à 54'56"
23. Bruno Monti (Ita) à 56'58"
24. Pasquale Fornara (Ita) à 59'58"
25. Maurice Quentin (Fra) à 1h03'53"
26. Arrigo Padovan (Ita) à 1h07'25"
27. Agostino Coletto (Ita) à 1h09'13"
28. Jan Nolten (Hol) à 1h09'27"
29. Jesus Lorono (Esp) à 1h22'24"
30. Leo Van der Pluym (Hol) à 1h24'10"
31. Pierre Beuffeuil (Fra) à 1h24'58"
32. Marcel Janssens (Bel) à 1h25'15"
33. Raymond Impanis (Bel) à 1h25'59"
34. Jean Malléjac (Fra) à 1h26'32"
35. Antonin Rolland (Fra) à 1h29'52"
36. Jean-Pierre Schmitz (Lux) à 1h32'57"
37. Joseph Thomin (Fra) à 1h34'02"
38. Nicolas Barone (Fra) à 1h39'57"
39. Jean Brankart (Bel) à 1h41'06"
40. Raymond Hoorelbeke (Fra) à 1h43'41"
41. Angelo Conterno (Ita) à 1h45'55"
42. Pietro Giudici (Ita) à 1h46'58"
43. Mario Bertolo (Ita) à 1h48'51"
44. Francis Siguenza (Fra) à 1h49'25"
45. Richard Van Genechten (Bel) à 1h51'32"
46. Pierre Barbotin (Fra) à 1h53'38"
47. Max Schellenberg (Sui) à 1h55'40"
48. Alessandro Fantini (Ita) à 1h57'20"
49. Raphaël Geminiani (Fra) à 1h57'32"
50. Roger Hassenforder (Fra) à 1h59'20"
51. Marcel Ernzer (Lux) à 2h06'19"
52. Pierre Scribante (Fra) à 2h10'24"
53. Vincent Vitteta (Fra) à 2h11'01"
54. Louis Bergaud (Fra) à 2h16'36"
55. Pierino Baffi (Ita) à 2h17'54"
56. Louis Caput (Fra) à 2h20'53"
57. Jean Lerda (Fra) à 2h22'47"
58. René Marigil (Esp) à 2h23'57"
59. Claude Le Ber (Fra) à 2h29'28"
60. Jean-Claude Gret (Sui) à 2h29'56"
61. Valentin Huot (Fra) à 2h30'45"
62. Remo Pianezzi (Sui) à 2h31'07"
63. Joseph Morvan (Fra) à 2h32'40"
64. Claude Frei (Sui) à 2h34'09"
65. Salvador Botella (Esp) à 2h34'28"
66. Alfred Tonello (Fra) à 2h38'49"
67. Maurice Lampre (Fra) à 2h47'30"
68. Nicolas Morn (Lux) à 2h47'37"
69. Raymond Meyzencq (Fra) à 2h48'08"
70. Bernardo Ruiz (Esp) à 2h50'24"
71. Adolphe Deledda (Fra) à 2h52'37"
72. Jean Skerl (Fra) à 2h55'51"
73. Robert Gibanel (Fra) à 2h57'18"
74. Miguel Bover (Esp) à 2h59'16"
75. Joseph Mirando (Fra) à 3h02'03"
76. Amand Audaire (Fra) à 3h03'33"
77. Carmelo Morales (Esp) à 3h05'19"
78. Albert Dolhats (Fra) à 3h07'01"
79. Marcel Guitard (Fra) à 3h09'12"
80. Camille Huyghe (Fra) à 3h11'07"
81. Jose Serra (Esp) à 3h16'56"
82. Roger Chupin (Fra) à 3h19'07"
83. Willy Kemp (Lux) à 3h23'06"
84. Tino Sabbadini (Fra) à 3h38'29"
85. Philippe Agut (Fra) à 3h52'47"
86. Jef Lahaye (Hol) à 4h02'22"
87. Werner Arnold (Sui) à 4h07'53"
88. Roger Chaussabel (Fra) à 4h10'18"
 
Partants : 120
Classés : 88
Distance : 4498 km
Moyenne : 36.268 km/h
 
1. Stan OCKERS (Bel) 280 pts
2. Fernand Picot (Fra) 464 pts
3. Gerrit Voorting (Hol) 465 pts
 
1. Charly GAUL (Lux) 71 pts
2. Federico Bahamontes (Esp) 67 pts
3. Valentin Huot (Fra) 65 pts
 
Meilleure équipe : BELGIQUE
 


 La petite histoire :
 
- Roger Walkowiak tire profit d'une longue échappée entre Lorient et Angers, mais ensuite, il fait face et résiste aux grimpeurs en montagne.
- Quatre victoires d'étapes pour Hassenforder dont une échappée solitaire de 187 km de Lyon à Montluçon.
- Gilbert Bauvin, retardé par une chute dans les Pyrénées.
- Moyenne record : 36,268 km/h.
 
Les nouveautés :
- Pour la première fois les changements de roue sont autorisés après crevaison.
- Nouveaux cols : Le Luitel.
- Nouvelles villes étapes : Turin (Ita)
 


Les partants :

Tous les maillots de 1956 par Jean-Louis Bey
 
FRANCE

1 BARBOTIN Pierre (Fra)
2 BAUVIN Gilbert (Fra)
3 BERGAUD Louis (Fra)
4 DARRIGADE André (Fra)
5 FORESTIER Jean (Fra)
6 GEMINIANI Raphaël (Fra)
7 MAHE François (Fra) ab.12°
8 MALLEJAC Jean (Fra)
9 PRIVAT René (Fra)
10 ROLLAND Antonin (Fra)
 
ITALIE

11 BAFFI Pierino (Ita)
12 COLETTO Agostino (Ita)
13 CONTERNO Angelo (Ita)
14 DEFILIPPIS Nino (Ita)
15 FANTINI Alessandro (Ita)
16 FORNARA Pasquale (Ita)
17 GIUDICI Pietro (Ita)
18 MONTI Bruno (Ita)
19 NENCINI Gastone (Ita)
20 PADOVAN Arrigo (Ita)
 
BELGIQUE

21 ADRIAENSSENS Jan (Bel)
22 BRANKART Jean (Bel)
23 CLOSE Alex (Bel)
24 DE BRUYNE Alfred (Bel)
25 DESMET Gilbert (Bel)
26 IMPANIS Raymond (Bel)
27 JANSSENS Marcel (Bel)
28 OCKERS Stan (Bel)
29 VAN GENECHTEN Richard (Bel)
30 VLAYEN André (Bel) hd.15°
 
PAYS-BAS

31 DE GROOT Daan (Hol)
32 HINSEN Jos (Hol) hd.15°
33 LAHAYE Jef (Hol)
34 NOLTEN Jan (Hol)
35 STOLKER Mies (Hol) ab.9°
36 VAN DE BREKEL Piet (Hol) ab.10°
37 VAN DER PLUYM Leo (Hol)
38 VAN DONGEN Wies (Hol) np.11°
39 VOORTING Gerrit (Hol)
40 WAGTMANS Wout (Hol)
 
ESPAGNE

41 BAHAMONTES Federico (Esp)
42 BOTELLA Salvador (Esp)
43 BOVER Miguel (Esp)
44 CHACON Miguel (Esp) np.21°
45 LORONO Jesus (Esp)
46 MARIGIL René (Esp)
47 MORALES Carmelo (Esp)
48 POBLET Miguel (Esp) np.14°
49 RUIZ Bernardo (Esp)
50 SERRA Jose (Esp)
 
SUISSE

51 ARNOLD Werner (Sui)
52 BOVAY Jacky (Sui) ab.4b°
53 FREI Claude (Sui)
54 GRET Jean-Claude (Sui)
55 HOLLENSTEIN Hans (Sui) ab.2°
56 LURATI Fausto (Sui) ab.2°
57 PIANEZZI Remo (Sui)
58 SCHAER Fritz (Sui) np.5°
59 SCHELLENBERG Max (Sui)
60 TRAXEL Ernst (Sui) hd.18°
 
LUXEMBOURG / MIXTE

61 BARBOSA ALVES Antonio (Por)
62 BOLZAN Aldo (Ita) hd.18°
63 ERNZER Marcel (Lux)
64 GAUL Charly (Lux)
65 JACOBS Edmond (Lux) hd.2°
66 KEMP Willy (Lux)
67 MORN Nicolas (Lux)
68 ROBINSON Brian (Gbr)
69 SCHMIT Jean (Lux) ab.11°
70 SCHMITZ Jean-Pierre (Lux)
 
NORD-EST - CENTRE

71 ANZILE Ugo (Fra) ab.16°
72 BERTOLO Mario (Ita)
73 CHUPIN Roger (Fra)
74 DELEDDA Adolphe (Fra)
75 HUYGHE Camille (Fra)
76 PARDOEN Pierre (Fra) hd.4b°
77 REISSER Raymond (Fra) hd.4b°
78 SCODELLER Gilbert (Fra) hd.20°
79 SCRIBANTE Pierre (Fra)
80 WALKOWIAK Roger (Fra)
 
SUD-EST

81 CHAUSSABEL Roger (Fra)
82 DOTTO Jean (Fra)
83 ELENA Raymond (Fra) ab.22°
84 FLIFFEL Lucien (Fra) hd.1°
85 GIL Jose (Fra) ab.11°
86 LAUREDI Nello (Fra)
87 LERDA Jean (Fra)
88 MEYZENQ Raymond (Fra)
89 MIRANDO Joseph (Fra)
90 VITETTA Vincent (Fra)
 
OUEST

91 AUDAIRE Amand (Fra)
92 BIHANNIC Arthur (Fra) ab.11°
93 HASSENFORDER Roger (Fra)
94 CAPUT Louis (Fra)
95 LE BER Claude (Fra)
96 LETENDRE Eugène (Fra) ab.8°
97 MORVAN Joseph (Fra)
98 PICOT Fernand (Fra)
99 QUENTIN Maurice (Fra)
100 THOMIN Joseph (Fra)
 
ILE DE FRANCE

101 BARONE Nicolas (Fra)
102 BOBER Stanislas (Fra) ab.14°
103 ELLIOTT Seamus (Irl) ab.4b°
104 FOURNIER René (Fra) ab.3°
105 HOORELBEKE Raymond (Fra)
106 LE GUILLY Jean (Fra) hd.20°
107 SIGUENZA Francis (Fra)
108 SITEK Henri (Fra) hd.1°
109 SKERL Jean (Fra)
110 TONELLO Alfred (Fra)
 
SUD-OUEST

111 AGUT Philippe (Fra)
112 BEUFFEUIL Pierre (Fra)
113 DOLHATS Albert (Fra)
114 GAY Georges (Fra) ab.11°
115 GIBANEL Robert (Fra)
116 GUITARD Marcel (Fra)
117 HUOT Valentin (Fra)
118 LAMPRE Maurice (Fra)
119 SABBADINI Tino (Ita)
120 VIVIER Jacques (Fra) ab.3°

Tour 1956 : Roger Walkowiak atteint son Everest.

Ce n'est aucunement contester et encore moins rabaisser la performance extraordinaire, au demeurant, de Roger Walkowiak que de se remémorer les circonstances et les conditions dans lesquelles cette victoire fut acquise. D'ailleurs, à ce propos, le Montluçonnais a amplement mérite de s'inscrire à jamais dans légende du Tour tant son triomphe, quoique inattendu, a transpiré et suscité panache parfois, abnégation souvent, courage sans faille et humilité désarmante.

En outre, "Walko" découvert bien malgré lui, par "l'Australien" Jean Bidot, frère de Marcel, en 1951 lors d'une enivrante échappée dans les Alpes à l'occasion du Circuit des Six Provinces, engendrait le respect et la sympathie. Clone du "Boulanger de St Méen", selon Bidot, il en possédait le rictus facial, l'allure princière, la puissance de reins et le style aérien dans les ascensions. D'ailleurs, ne s'étaient ils pas offerts, Louison et lui, une chevauchée épique lors de l'étape de Gap du Dauphiné 1955 où l'ascension de la côte de Laffrey fut un véritable calvaire pour le futur Champion du Monde, tant l'Auvergnat se démena et harcela sans compter pour décrocher à la pédale son brillant compagnon de fortune. Ce jour là, "Walko" avait tellement entamé les réserves du Breton que ce dernier du user de toute sa panoplie et de sa science innée de champion hors norme pour ne pas céder l'étape à son valeureux, mais néanmoins, adversaire du jour.

Initialement ce Tour de France 1956 devait légitimement s'apparenter et ressembler trait pour trait aux éditions précédentes à savoir, une domination outrageante et sans partage du peloton Français.

Le fabuleux et historique triptyque réalisé par Louison Bobet, ces trois dernières saisons, offrait de telles garantis de certitude et de conviction qu'aucun organisateur, suiveur ou inconditionnel de tous poils ne subodoraient un tant soit peu qu'il puisse en être autrement à la veille d'aborder cette nouvelle kermesse de juillet. L'instauration des équipes de marque au détriment des formations nationales ne rompt pas le moins du monde la philosophie liée à l'optimisme ambiant. Pur produit de l'imagination débordante, mais ô combien comptable, de nos voisins Transalpins, les formations de marque prédestinaient et projetaient imperceptiblement mais sûrement le cyclisme au sein d'une nouvelle ère, beaucoup plus professionnelle, celle là. Dès le printemps, nous avions pu voir éclore ces nouveaux maillots auréolés de logos de firmes étrangères et de constructeurs de cycles. Le terme "groupe sportif" était né.

Le "Grand Fusil", par exemple, montait sa propre marque de "bécane" et était ceint de la tunique flamboyante St Raphaël, alors que "Maîtres Jacques" ou le "basque Bondissant" étrennaient, quant à eux, les couleurs de Helyett-Leroux. Enfin, le "Boulanger de St Méen", lauréat de "l'Enfer" et "Monsieur Bordeaux-Paris", vainqueur du "Derby" et tout frais émoulu Champion de France "pavoisaient" sous le fameux et emblématique label Mercier-BP. Le "marchandising" était en marche, mais nous ne l'imaginions pas encore. Pourtant, et jusqu'à l'aube des années "sixties", le Tour de France perdurera dans sa démarche à privilégier les formations nationales. Au grand plébiscite d'un public fin connaisseur, prétextant et arguant, à juste titre, la dispersion probable voir immuable des talents sous l'égide des équipes de marque.

Les années Bobet avait vu s'éteindre un peu plus chaque jour les "vieilles gloires" du passé tels le "Campionissimo", "Gino le Pieux" ou "l'Aigle d'Adliswil", dépassés par la limite d'âge et le poids des sacrifices consentis à une époque, définitivement, révolue. Quant au "Pédaleur de Charme", son séjour chez les "Amérindiens" avait passablement affecté sa santé. Ajouter, à cela, le désistement au dernier moment de Louison Bobet, en personne, victime d'une opération du scrotum mal cicatrisée, et vous aurez un aperçu succinct mais très révélateur de la physionomie, sans aucun doute bouillante, décousue mais palpitante, de la prochaine Grande Boucle. Enfin et pour clore la rubrique "nécro", nous apprenions, peu avant le départ de Reims, l'accident de la route, lors d'un dernier entraînement, qui écartera, pour le compte, notre inénarrable "Biquet" national.

La formation dirigée par Marcel Bidot apparaît la plus homogène de toutes même si Jean Stablinski et Jean Bobet n'y figuraient pas pour cause de service national en Algérie. Autour de Gilbert Bauvin, désigné, après moult rebondissements, leader protégé, la constitution du groupe hexagonal avait fière allure, malgré le nombre de défections.

D'André Darrigade à François Mahé en passant par Antonin Rolland, Jean Forestier, René Privat ou encore Jean Malléjac voir Raphaël Geminiani, hélas pas encore remis d'une intervention chirurgicale bénigne, les tricolores possédaient, à n'en pas douter, talent et expérience. Néanmoins les Belges Ockers, Brankart et Adriaenssens et les Italiens Nencini, Defilippis et Fornara constitueront une coalition de premier ordre à même de troubler ardemment les desseins des plus velléitaires représentants Français.

Les leaders traditionnels absents, l'entame de l'épreuve est des plus débridées et les échappées suicidaires succèdent aux raids présomptueux. L'impétuosité d'un peloton dépourvu de "patron" s'en donne à coeur joie. Le maillot jaune virevolte de torses en torses sans jamais, pour l'instant, trouver son maître. Les finisseurs jouent les gros bras et le "Basque Bondissant" score d’entrée à Liège, bientôt imité par le Belge "Monsieur Fred", Alfred De Bruyne et le boulimique chasseur d'étapes, Roger Hassenforder, de la "régionale Ouest". La course échevelée soumettait les organismes à rudes épreuves et le peloton évoluait de concert sur une corde raide tendue à l'extrême. La rupture était proche. La corde rompit finalement et brusquement lors de la septième étape menant les coureurs de Lorient à Angers. La "Douceur Angevine" sied à merveille à un groupe de trente et un coureur qui, profitant à merveille de l'apathie persistante d'un peloton en goguette, prennent la poudre d'escampette. Se relayant impeccablement et s'entendant comme larrons en foire, la petite bande de rebelles poursuit sans complexe aucun son escapade osée et franchit la ligne d'arrivée d’Angers dix huit minutes devant le peloton Darrigade médusé et furax. Le Transalpin Alessandro Fantini règlera le sprint des fuyards et le Français Roger Walkowiak de la formation Nord Est Centre se pare de la très convoitée tunique jaune. Les tricolores sauvèrent, néanmoins, les meubles en constant, avec soulagement, la présence de Gilbert Bauvin au sein du groupe d'échappés.

Pourtant André Darrigade ne décolérait pas. Au four et au moulin, en début d'étape, afin de tenter d'enrayer tant bien que mal les tentatives de déstabilisation, le Basque s'était vite aperçu qu'aucun tricolore ne venait lui prêter main forte. Aussi, las et excédé par tant d'indifférence, il s'était à contre coeur relevé. L'astucieux Darrigade grommelait et pestait sur le fait que le trio constitué de Bauvin, Walkowiak et Geminiani s'affublaient le reste de la saison du maillot Saint-Raphaël. Pour lui, ce n'était pas innocent.

Bien que dépouillé de son beau maillot jaune lors de la première étape Pyrénéenne par Adriaenssens, "Walko", conseillé de main de maître par Sauveur Ducazeaux, se bat comme un beau diable, cède mais ne rompt pas. Ce maillot l'a transcendé l'Auvergnat, soyons en certain. Pour sa part, Sauveur Ducazeaux estimait son coureur indubitablement apte à remporter le Tour, seule l'émotivité invétérée de son coureur lui posait problème. Ducazeaux usait avec circonspection de diplomatie pour sensibiliser "Walko" de la faculté qui était sienne de pouvoir remporter l'épreuve. A ce propos, il avouait timidement : "Je crois que Roger a une belle chance de gagner le Tour. Mais il ne faut pas le lui dire, parcequ'il s'affolerait. Il faut lui faire comprendre qu'il est le plus fort. Quand il aura pris conscience de ses possibilités, l'essentiel sera fait". Fermer les guillemets, tout est résumé ici.

A Luchon, Adriaenssens précède Bauvin de quatre minutes, Darrigade de près de cinq minutes et Walkowiak de plus de cinq minutes trente. L'étape du Portent d'Aspect allait un peu plus, s'il était possible, détériorer l'ambiance exécrable qui régnait depuis le départ au sein de la formation tricolore. Victime d'une chute malencontreuse qui suscita d'urgence un remplacement de cadre, Gilbert Bauvin est dépanné dans l'instant par Marcel Bidot. Hors dans le même temps André Darrigade qui caracole comme un damné, à l'avant de la course, espérant un succès à Toulouse et pourquoi pas revêtir le maillot jaune, perce à son tour au plus mauvais moment. Le temps pour Bidot de remonter la file des véhicules, les différents groupes de coureurs clairsemés tout au long de la pente et en outre éviter les pièges et nids de poule d'une chaussée d'un autre âge, et André Darrigade assiste, les yeux exorbités, au passage de tous les coureurs qu'il s'était évertué à décramponné à la pédale. A la vue de la 203 de son directeur sportif, le Basque, courroucé et vert de rage lui balance, avec force et soudaineté, son boyau récalcitrant sur le pare brise. Les explications circonstancielles de Marcel Bidot, le soir dans la "Ville Rose" atténueront quelque peu la rancoeur du Dacquois mais il va sans dire que plus jamais la formation tricolore ne bercera dans une pure et bien séante béatitude. Toujours est il, comme l'avançait, fort justement, Pierre Chany, Darrigade supportait mal Bauvin, Bauvin souffrait difficilement Darrigade et... Geminiani n'intervenait pas.

Loin de toutes ces querelles de bas étage, "Walko" poursuivait son petit bonhomme de chemin sans pour autant s'attirer les faveurs à défaut d'éloges de médias trop occupés à alimenter leur une en potins scabreux et racoleurs. En attendant, le Alpes se profilaient et les luttes intestines promettaient de chaudes et âpres empoignades. C'est Roger Walkowiak qui mit tout ce petit monde à la raison et de fort belle manière, ma foi. A l'affût, à bonne distance tout de même, de l'inaccessible "Ange de la Montagne", le Montluçonnais lutta becs et ongles, un moment, en compagnie d'Ockers et de Nencini puis seul pour terminer à Grenoble en cinquième position. A sept minutes du Luxembourgeois Charly Gaul, dans le fief Olympique de l'Isère, "Walko" pulvérisait et distançait Adriaenssens de treize minutes. Le maillot jaune solidement accroché à ses frêles mais solides épaules, Roger Walkowiak parviendra sans faiblir à contenir les ultimes assauts de ses adversaires patentés dont ceux d'un Bauvin requinqué et revanchard.

"Walko" aura montré tout au long de l'épreuve une force de caractère digne des plus grands, son grand mérite aura, en outre, été de ne jamais avoir douté et d'avoir fait abstraction, en toutes circonstances, de l'hostilité ambiante sans broncher. A l'inverse, il a su puiser dans l'adversité des forces qu'il ne soupçonnait même pas. Pour tout cela et pour bien d'autres encore, Roger Walkowiak a largement sa place au panthéon de la petite reine, en général et de la Grande Boucle, en particulier. Personnage affable, chaleureux et généreux, cette victoire pourtant extraordinaire pour un sans grade n'aura aucune influence sur la modestie légendaire du "bonhomme". Bauvin, dauphin de "Walko" pour une minute et vingt secondes pourra toujours pester sur Darrigade coupable selon lui de ne pas l'avoir soutenu lors de l'étape de Toulouse car jamais il ne retrouvera pareille opportunité de vaincre lors d'un Tour de France. Darrigade a certes commis une erreur d'appréciation ce jour là, mais le Montluçonnais opportuniste a su merveilleusement profiter ce cette bourde et ce n'est pas le moindre de ses mérites. Les commentaires peu flatteurs vont joncher son après Tour et jamais vraiment il ne s'en relèvera. Une amibiase viendra, en outre, ternir une fin de carrière où il n'aura pas eu le loisir et la chance de confirmer toutes les capacités entrevues le temps d'un été. Il faut admettre cependant que son ambition n'était pas au diapason de son potentiel athlétique et son caractère pas assez trempé pour lutter à armes égales dans un monde acariâtre et mesquin.

Michel Crépel.

Palmarès du Tour de France


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 2/02/2013 à 13:52

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts        Association loi 1901
 
© 1997/2021 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126