Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Palmarès de Jacques Martin (Bel)18 juin 2021  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès réservé

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2021

     Classement UCI

     Calendrier 2021

     Coupe France 2021

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

Forum

L'actualité



 

 Jacques MARTIN
né le 16 avril 1952 à Vezin
décédé le 22 juin 2004 sur son lieu de travail à Melsbroek
résidait à Corbais

Jacques voit le jour le 16 avril 1952 à Vezin. Il est l'aîné de trois enfants. Il fait ses études à l'école moyenne de Namèche. A 13 ans, malgré la réticence de sa maman, mais devant l'enthousiasme de son papa, il se lance dans la folle aventure du cyclisme.

Il récolte déjà 11 bouquets en catégorie "débutants". Ces victoires lui assurent les plus larges espérances. En 1970, Jacques entame la catégorie "juniors" chez "Jambes Cyclisme" puis "Namur Vélo". Il y remporte 21 victoires. Le 13 décembre 1970, il décroche à Forest, lors de sa première course sur piste, la médaille d'or en poursuite. Déjà, à l'époque, il espère marcher sur les traces de son idole, Eddy Merckx.

Toujours chez "Namur Vélo", il enlève 17 victoires en 1971. Au mois d'août, il passe dans la catégorie des "amateurs". D'emblée, il enlève, au sprint et devant son public, la deuxième étape Jambes-Andenne, du Tour de Namur qu'il termine en 12ème position. En octobre 1971, il épouse Joëlle Delfosse et s'installe à Corbais où il avait gagné le bouquet deux fois de suite : la première en 1968 en catégorie "débutants" et la seconde fois en 1969 en catégorie "juniors". En 1969, Jacques invita Joëlle à la Fête d'Octobre de Namèche. Depuis, ils ne se sont plus quittés. Durant l'hiver, il s'adonne au cyclo-cross dans les labourés. Il enlève le titre de Champion Provincial à Yvoir.

En 1972, Jacques fait son entrée sous les drapeaux à Namur, à la Caserne Marie-Henriette, où il fera un mois d'instruction, puis onze mois à la caserne Léopold, toujours à Namur. Il bénéficie de certaines facilités pour s'entraîner et prendre part à diverses épreuves disputées en semaine. Le 4 novembre, il devient papa d'un petit garçon prénommé Michaël. En "amateurs internationaux", Jacques engrange de nouvelles victoires. Saison exceptionnelle alors qu'il effectue son service militaire. Jacques enlève 12 victoires à Poucet, Walhain-Saint Paul, Lessines, Nil-Saint Vincent, Hevillers (3 participations et 3 victoires la même année), Cul-des-Sarts (2 victoires), Moha, Andenne et Mettet. Il réussit à terminer cinquante fois dans les 10 premiers. Par ailleurs, il prend la deuxième place du Championnat de Belgique militaire à Moorslede. En décembre 1972, il achève son service militaire. Avec courage et volonté, il reprend l'entraînement car il veut absolument percer le plus vite possible et sortir de "l'anonymat". Il a effectivement la carrière cycliste dans le sang et il veut tout faire pour arriver à ses fins. Il est vrai que vu ses nombreuses qualités, autant physiques que morales, Jacques peut nourrir quelques espoirs.

Il reprend donc la compétition en 1973, toujours en "amateurs internationaux". Il effectue à nouveau une saison remarquable. Début août, ses bons résultats (12 victoires, déjà) attirent de plus en plus l'attention des recruteurs. Les équipes professionnelles Molteni, Watney's et Flandria veulent s'attacher ses services. Toutefois, Robert Lelangue, directeur sportif de l'équipe Molteni, n'a pas trop envie de faire traîner les choses. Il reprend contact avec Jacques. C'est ainsi qu'après avoir enlevé son treizième bouquet à Mellet le 4 août, il annonce qu'il vient de signer un contrat de professionnel chez Molteni et qu'il deviendra ainsi, en septembre, l'équipier d'Eddy Merckx dont il est un fan. Jacques a promis toutefois aux dirigeants de "Namur Vélo" de disputer le Tour de la Province de Namur où il veut se distinguer, remporter une ou plusieurs étapes et, ce qui serait mieux, le classement général. Il ne croit pas si bien dire. En effet, après avoir enlevé trois victoires, il prend part au Tour de la Province de Namur avec un moral "d'enfer". Il termine 2ème de la 1ère étape, Namur-Floreffe, 4ème de la 2ème étape, Floreffe-Ciney, où il prend la tête du classement général. Il gagne la 3ème étape à Ciney, contre-la-montre, et consolide sa place de leader du classement général. Il faut dire qu'il est stimulé par la présence de son futur directeur sportif, Robert Lelangue, lequel déclarait : "Avec plus de hargne et de style, Jacques figurera parmi les grands des chronos..."
Lors de la 4ème étape, Ciney-Bioul, il se classe 14ème et conserve la t^te du classement général. Il termine 3ème de la dernière étape, Floreffe-Eghezée, et enlève la victoire finale de cette 26ème édition du Tour de la Province de Namur. Il offre ainsi sa victoire aux dirigeants de "Namur Vélo".

En septembre 1973, Jacques fait donc ses débuts chez les professionnels, à Grammont, dans une course de kermesse. Il enchaîne avec la course Paris-Bruxelles. A l'issue de celle-ci, il déclare : "Je crois pouvoir dire que j'ai bien fait mon travail et que mes coéquipiers sont contents de moi. Robert Lelangue m'avait donné comme consigne de contrôler tous les démarrages dès le début de l'épreuve, ce que j'ai appliqué à la lettre. J'ai connu toutefois un passage à vide après 150 km de course, la distance chez les amateurs, quoi... puis, j'ai pu refaire surface. Mais quelle différence avec les amateurs, car ici, c'est la bagarre jusqu'à la ligne d'arrivée." Bref, il est content de son comportement. Il prend part également au Giro di Lombardia.

En 1974, Jacques entame donc sa carrière de professionnel aux côtés du "Grand" Eddy Merckx, de Jozef Huysmans, Joseph Bruyère, Joseph Spruyt et autres Charles Rottiers, Jean-Paul Spileers, Frans Mintjens, Etienne Van Braeckel, Edward Janssen, Victor Van Schil, Joseph De Schoenmaecker. Il participe notamment à la Flèche Wallonne où il effectue une remarquable prestation. On le voit en tête dans la côte de Stockeu avec Roger Pingeon et Walter Planckaert. Il termine à la 25ème place dans le peloton de tête, et 2ème du G.P de la Montagne derrière Walter Planckaert. La victoire est enlevée par Frans Verbeeck. Joseph Bruyère confait :"Dans notre équipe, il y a un autre Wallon qui commence à faire parler de lui : Jacques Martin. Cependant, il est encore très jeune et très inexpérimenté. Il a montré, lors de la récente Flèche Wallonne, de quoi il était capable. Lorsque j'ai débuté dans le professionnalisme, j'avais beaucoup à apprendre, mais lui... je crois qu'il me bat sur ce plan là !"

En 1975, Jacques fait partie de l'équipe Maes-Watney's. Il prend part à l'Amstel Gold Race, à Liège-Bastogne-Liège, au Tour d'Indre-et-Loire, où il se classe 4ème de l'étape contre-la-montre, et 29ème du classement général final. Il gagne le Flèche Hesbignonne à Cras Avernas, il se classe 7ème de Grammont-Overboelare. Il participe au G.P du Midi Libre, au Championnat de Belgique (33ème dans le peloton), 6ème de Mons-Hyon, 2ème à Mere, 9ème à Lommel, 7ème à Putte, 3ème à Melsele, 7ème à Buggenhout, 4ème à Orchies et 5ème à Deinze-Pettegem.

En 1976, on retrouve Jacques chez Zoppas-Splendor. Il particpe au Circuit du Het Volk où il doit abandonner après 170 km de course. Il termine 15ème à Harelbeke, 2ème à Fayt-le-Franc, 3ème à Tournai, 8ème à Bienne (Suisse), il tombe et abandonne à Paris-Roubaix. Il se classe 20ème à Hannut et 7ème à Roulers. Il prend le départ de la Vuelta a España, se classe 42ème du prologue à 16" du vainqueur et 17ème de la 1ère étape. Toutefois, il devra abandonner lors de la 4ème étape. Il se classe 4 ème à Péruwelz, 3ème à Lommel, 13ème du classement général final du Circuit Franco-Belge, 6ème à Brakel, 5ème à Bazel, 3ème à Hyon-Mons, 5ème à Sint Pieters-Leeuw, 3ème à Sint Gilis-Waas, 2ème à Merelbeke, 40ème de Paris-Bruxelles. Il arrête sa saison fin septembre pour cause de bronchite.

Nouvelle saison et nouveau maillot pour Jacques à l'aube de la saison 1977, celui de Fiat Automobiles SA. Il participe au Tour de Méditerranée, au Giro di Sicilia, à la Semaine Catalane, où son équipe se classe 2ème du contre-la-montre sur le circuit de Montserrat. Il termine à la 27ème place au classement général final. Il se classe 4ème à Rhode-St Genèse, 22ème à Wasmuel. Lors du Tour de Belgique, où il se classe 3ème de la dernière étape à Jambes, son équipe remporte le classement par équipe. Jacques termine 13ème au général et 5ème du classement par points. Il réalise une belle performance à Paris-Roubaix qui est remportée par Roger De Vlaeminck devant Willy Teirlinck et Freddy Maertens. Jacques termine la course dans le groupe de tête, en 20ème position en compagnie de son leader, Eddy Merckx. Ce jour-là, Eddy lui avait dit qu'il pouvait faire sa course sans s'occuper de lui. Petite anecdote lors de cette édition de Paris-Roubaix que nous narre Jacques : "A quatre kilomètres de l'arrivée, j'étais en poursuite avec quatre coureurs, derrière le coureur de tête, Roger De Vlaeminck. Nous fûmes rejoints. Peu avant la flamme rouge du dernier kilomètre, Willy Teirlinck démarra. C'est alors qu'Eddy Merckx vint me trouver. Il voulait voir si j'étais encore capable de lancer, pour lui, le sprint et ce, lorsqu'il sifflera. Comble de malchance : un autre coureur avait entendu notre conversation. Je rentrai donc en position sur le vélodrome de Roubaix. Je lançai le sprint pour Eddy car j'avais entendu siffler. Mais la victoire revenait à Roger De Vlaeminck. Dans les douches, Eddy m'a expliqué qu'il n'avait pas eu le temps de siffler, car un autre coureur l'avait fait avant lui..."
Nombreuses sont ces places d'honneur : 3ème à Tournai, 4ème à Temploux, 32ème des 4 jours de Dunkerque, 3ème à Aartrijke, 2ème à Ottignies, 9ème à Wezenbeek-Oppen, 9ème à Humbeek, 5ème à Brakel, 2ème du Critérium de Renaix, 4ème à Deinze, 7ème au Critérium de Nandrin, 2ème à Courtrai, 2ème à Ninove et 2ème à Overijse. Il termine 1er à Mere et 1er à Mellet. Il est encore 6ème à Grammont et 2ème à Mons-Hyon. Il enlève le bouquet à Tirlemont et se classe 8ème à Temploux. Au niveau du bilan de sa saison, on relève notamment : 3 premières places, 6 deuxièmes places, 4 troisièmes places, 4 quatrièmes places et 1 cinquième place.

C'est en 1978 que Jacques participe à la Grande Boucle sous les couleurs C&A-SA Vélos Eddy Merckx. en début de saison, Jacques participe au circuit du Het Volk, à tirreno-Adriatico, à Milan-San Remo, au Tour de Belgique, où il gagne l'étape La Calamine-Ixelles. Il se classe 4ème de la Flèche Brabançonne, 3ème de Charleroi-Ligny et 2ème du classement de la montagne de cette épreuve, appelée maintenant G.P de Wallonie, et 2ème à Cras Avernas.
Il enlève l'étape Roanne-Villeurbanne du Critérium du Dauphiné Libéré et se classe 3ème de la dernière étape contre-la-montre à Carpentras. Laissons Jacques narrer ses souvenirs : "Lors de cette étape, au deuxième ravitaillement, j'ai manqué ma musette. Joseph Bruyère est venu à ma hauteur pour partager la sienne ainsi que Jos De Schoenmaecker. Vu que je roulais à l'arrière du peloton, et que nous approchions du final, Joseph et Jos m'ont ramené en tête de la course. J'étais à peine remonté à l'avant du peloton, que j'attaquais aussitôt. L'échappée se décida avec 5 autres coureurs, dont le Français Charly Rouxel. Lorsque l'échappée eut pris 1'30" d'avance, à 20 kilomètres du terme de cette étape, je me suis rappelé le schéma de l'arrivée que Joseph m'expliquait tous les soirs. A la sortie du dernier virage, à 600 mètres de la ligne, de la dernière position du groupe, je lançais le sprint à la surprise de tous et de Charly Rouxel en particulier, car il était le plus rapide du groupe. Je pris vite 4 longueurs d'avance, il revint à ma hauteur et échoua à un boyau. Je remportais ma victoire sur le fil. Après la ligne d'arrivée, Rouxel me regarda et me lança : J'ai gagné. C'est alors que je lui ai dit : Mon oeil, c'est moi qui ai gagné. Ma victoire a été confirmée par la photo-finish."
Il se classe 3ème de Bruxelles-Ingooigem et 2ème à Lede. Le 29 juin, Jacques, dossard 28, prend le départ de la 65ème édition de la Grande Boucle. Il a pour équipiers : Lucien Van Impe, Joseph Bruyère, Jos De Schoenmaecker, René Dillen, Edouard Janssens, Marcel Laurens, René Mertens et Walter Planckaert. Lors de cette édition, le Tour prend son envol de Leiden, aux Pays-Bas. Il débute par un prologue de 5.2 km. Trois Néerlandais prennent les trois premières places : Jan Raas, en 6'38", Gerrie Knetemann à 2" et Joop Zoetemelk à 4". Jacques se classe à la 31ème place à 34". La première demi-étape entre Leiden et St-Willebrord est remportée par Jan Raas, Jacques termine 101ème. La deuxième demi-étape entre St-Willebrord et Bruxelles est enlevée au sprint par l'équipier de Jacques, Walter Planckaert. Jacques franchit la ligne à la 76ème place. Le Français Jacques Esclassan remporte la deuxième étape Bruxelles-St amand les Eaux où Jacques terminera 95ème à 2'58". La troisème étape relie St-Amand les Eaux à St Germain en Laye, voit la victoire de l'Allemand Klaus-Peter Thaler et la 100ème place de Jacques à 26'33" du vainqueur en raison d'une crevaison. Une épreuve contre-la-montre par équipes, sur une distance de 153 km entre evreux et Caen, est proposée aux concurrents en guise de 4ème étape. Celle-ci est remportée par l'équipe Ti-Raleigh. L'équipe de Jacques, C&A, se classe 2ème à 7" devançant l'équipe Miko-Mercier de Joop Zoetemelk, 3ème à 4'19" et l'équipe Renault-Gitane de Bernard Hinault, 4ème à 5'15". Le Belge Freddy Maertens enlève au sprint la 5ème étape Caen-Mazé Montgeoffroy et Jacques termine 72ème. L'Irlandais Sean Kelly remporte la victoire à l'issue de la 6ème étape, Mazé Montgeoffroy-Poitiers et Jacques termine à la 63ème position. Freddy Maertens enlève sa deuxième victoire d'étape entre Poitiers et Bordeaux où Jacques se classe 84ème. Entre Saint-Emilion et Sainte-Foy la Grande, le Français Bernard Hinault, qui en est à sa première participation, enlève le contre-la-montre. Il devance Joseph Bruyère, équipier de Jacques, de 34". Jacques se classe 21ème à 4'35" du Français. A l'issue de cette étape, Joseph Bruyère endosse le Maillot Jaune de leader du classement général. La 9ème étape entre Bordeaux et Biarritz est enlevée par l'Espagnol Miguel Maria Lasa. Jacques coupe la ligne à la 79ème palce et son équipier occupe toujours la tête du classement général. Le Néerlandais Henk Lubberding remporte en solitaire la 10ème étape entre Biarritz et Pau. Jacques se classe 100ème à 14'56" du vainqueur. Joseph Bruyère est toujours vêtu de jaune. Le départ de la 11ème étape est donné à Pau et les concurrents doivent franchir le Tourmalet, Aspin et Saint-Lary pour couper la ligne d'arrivée à Saint-Lary Soulan. Le Français Mariano Martinez enlève la victoire en solitaire devant Bernard Hinault à 5". Jacques est pointé à la 95ème place à 21'57" de Martinez. Son équipier Joseph Bruyère, qui termine 10ème à 2'31", conserve son Maillot Jaune. La 12ème étape comporte deux demi-étapes entre Tarbes et Valence. La première est annulée. En effet, protestant contre les horaires de départ, les coureurs disputent l'étape à très faible allure, puis, à 1 kilomètre de l'arrivée, mettent pied-à-terre. Après un moment d'arrêt total, le peloton franchit l'arrivée à pied, sous les sifflets des psectateurs. Le jury des commissaires et les organisateurs décident d'annuler l'étape. La deuxième demi-étape entre Valence d'Agen et Toulouse est remportée au sprint par Jacques Esclassan. Notre Jacques se classe à la 32ème place. Son leader, Joseph Bruyère est toujours en jaune.
C'est le Belge Paul Wellens qui gagne à Super-Besse à l'issue de 221 km de course. Jacques est 62ème à 2'38" et Joseph Bruyère, qui a terminé 7ème avec les meilleurs, conserve son Maillot Jaune. La 14ème étape est un contre-la-montre entre Besse en Chandesse et le sommet du Puy-de-Dôme sur une distance de 52.5 km. Le Néerlandais Joop Zoetemelk remporte ce contre-la-montre en 1h25'51". Joseph Bruyère termine à la 3ème place à 55" du vainqueur et devance "Le Blaireau", 4ème à 1'40". Jacques se classe à une honorable 35ème place à 8'11" de Zoetemelk. Le lendemain, Bernard Hinault remporte la victoire dans la 15ème étape entre Saint-Die d'auvergne et Saint-Etienne. Jacques se classe 69ème à 6'46" du "Blaireau" et Joseph Bruyère est toujours en jaune. La 16ème étape entre Saint-Etienne et l'Alpe d'Huez est remporté par le Néerlandais Hennie Kuiper. C'est un autre Néerlandais qui endosse la tunique jaune, Joop Zoetemelk. Jacques arrive au sommet de l'alpe d'Huez en 63ème position avec un retard de 19'36" sur le vainqueur. Il est 72ème au calssement général. Entre Grenoble et Morzine, où les concurrents doivent franchir les cols de : Porte, Cucheron, Granier, Plainpalais, la Colombière et Joux-Palne, Jacques est victime d'une chute, se casse la clavicule et est contraint à l'abandon. L'étape est enlevée par le Français Christian Seznec.
Bernard Hinault, 23 ans et demi, qui avait endossé la Maillot Jaune à Metz à l'issue du dernier contre-la-montre, remporte la victoire finale à Paris et enlève ainsi son premier Tour de France. Quant à Jacques Martin, il est obligé d'arrêter de courir pendant un mois. Il reprend la compétiton à la mi-août au cours des critériums d'après Tour. Il se classe notamment 8ème à Athus. Fin septembre, il termine 5ème à Tirlemont.

En 1979, Jacques intègre l'équipe Kas. Il prend part notamment à Paris-Nice, à Milan-San Remo, aux 3 jours de La Panne, au Tour des Flandres (abandon), à Paris-Roubaix (43ème), au Tour de Belgique et à Liège-Bastogn-Liège (abandon). Il se classe 10ème de Charleroi-Ligny, désormais G.P de Wallonie. Il participe au Critérium du Dauphiné Libéré, il fait des places d'honneur à Cras Avernas (11ème), à Soignies (10ème), à Zele (12ème), à Momignies (10ème), à Velaines (5ème), à Arendonk (13ème), à Merelbeke (2ème), à Adinkerke (4ème), à Zele (8ème) et à Sombreffe (14ème). Sur la saison, Jacques avait pris part à 109 épreuves, malgré un virus détecté trop tardivement, celui de la toxoplasmose, virus dans la sang et dans les muscles (maladie du chat), certainement contracté en Espagne.

En 1980, on retrouve Jacques dans l'équipe Marc-Carlos-VDR. Au cours de cette saison, Jacques prend part à 103 épreuves. On retiendra notamment le Tour de Méditerranée, le Circuit du Het Volk, enlevé par Joseph Bruyère et Jacques terminant dans le peloton, à Paris-Nice, à Milan-San Remo (67ème), à la Flèche Brabançonne (6ème), au Tour des Flandres (abandon), à l'Amstel Gold Race (abandon), au Tour de Belgique, au Tour d'Indre-et-Loire (26ème), Sombreffe-Ligny (2ème, et 2ème au G.P de la montagne), au Critérium du Dauphiné Libéré, à Stockay-Saint Georges (3ème), au Tour de Catalaogne (abandon), à Tongrinnes (20ème) et, le 14octobre, à Putte-Kapellen (abandon).

En 1981, Jacques rejoint l'équipe Fangio-Sapeco. Il participe encore à 51 courses, mais le moral n'y est plus, à cause notamment, du mauvais environnement de l'équipe et après l'incident du G.P de Wallonie. Laissons la parole à Jacques : "Je m'étais entraîné derrière moto et ma motivation était grande, car je voulais prouver à me ssupporters que je n'étais pas fini. Mais, lors du départ, ma déception fut totale : mes équipiers Flamands n'étaient pas au départ ! Je me retrouvais avec deux équipiers alors qu'il fallait être cinq coureurs minimum pour pouvoir participer à l'épreuve. Les organisateurs nous ont laissé prendre le départ pour nous mettre hors course après 1 kilomètre. Cette affaire était la goutte d'eau qui fit déborder le vase alors que la semaine précédent la course, l'équipe avait reçu une lettre qui nous confirmait l'obligation de participer à l'épreuve." Jacques décide de mettre fin à sa brillante carrière de coureur cycliste professionnel.

L'année suivante, Jacques est engagé comme magasinier pour la gestion du stock et l'infrastructure de la menuiserie à la Régie des Voies Aériennes, devenue entre-temps la BIAC, société qui gère l'aéroport de Zaventem.

Merci à Joëlle, son épouse.
Avec l'aimable autorisation le l'auteur, Michel Noël.

1965 - débutant
11 victoires
1968 - débutant
21 vitoires
1969 - junior
11 victoires
1970 - junior
21 victoires
1 victoire en poursuite sur piste
1971 - junior, amateur et militaire
17 victoires en junior
Passe amateur au mois d'août
Champion Provincial de cyclo-cross
1er à Poucet
1er à Walhain-Saint Paul
1er à Lessines
1er à Nil-Saint Vincent
1er à Hevillers (3 fois)
1er à Cul-des-Sarts (2 fois)
1er à Moha
1er à Andennes
1er à Mettet
2ème du Championnat de Belgique militaire à Moorslede
50 fois dans les 10 premiers
12ème du Tour de Namur
- 1er de la 2ème étape
1972 - amateur
Fin de son service militaire
10 victoires

1973 - MOLTENI
12 victoires
1er à Mellet
1er du Tour de la Province de Namur
- 1er de la 3ème étape
- 2ème de la 1ère étape
- 3ème de la 5ème étape
- 4ème de la 2ème étape
- 14ème de la 4ème étape
1er du Tour des 12 Cantons
1er à Nancy
1er à Sarrebourg
Passe professionnel le 4 août
11ème du Circuit de la Magne à Ayeneux
45ème de Paris-Bruxelles
Abandon au Giro di Lombardia

1974 - MOLTENI
2ème à Ottignies
2ème à Eine
4ème du G.P de Momignies
4ème à Peruwelz
5ème à Geraardsbergen
7ème du Circuit des 3 Provinces à Avelgem
8ème de la Flèche Rebecquoise
10ème du G.P d'Orchies
25ème de la Flèche Wallonne
- 2ème du G.P de la montagne
Abandon au Tour de Belgique
- 3ème du prologue avec Joseph Bruyère

1975 - MAES-WATNEY
1er de la Flèche Hesbignonne à Cras-Avernas
2ème du Tour du Condroz à Nandrin
2ème à Mere
3ème à Melsele
3ème du G.P de Kessel
4ème du G.P d'Orchies
5ème à Deinze-Pettegem
5ème à Sart-Dames-Aveline
6ème de Hyon-Mons
7ème à Buggenhout
7ème de Grammont-Overboelare
7ème à Putte
9ème à Lommel
10ème du G.P Pino Cerami
10ème du G.P de Momignies
29ème du Tour d'Indre-et-Loire
33ème du Championnat de Belgique
Participe au G.P du Midi Libre
Abandon à l'Amstel Gold Race
Abandon à Liège-Bastogne-Liège

1976 - ZOPPAS-SPLENDOR-SINALCO
2ème du Mémorial Samyn à Fayt-le-Franc
2ème à Merelbeke
2ème à Viane
3ème de Hyon-Mons
3ème du Trèfle à 4 feuilles à Tournai
3ème à Lommel
3ème à Sint Gilis-Waas
4ème à Péruwelz
5ème du Circuit du Waasland
5ème à Bazel
5ème à Sint Pieters-Leeuw
6ème à Brakel
7ème du G.P de la Banque à Roulers
8ème du Tour du Nord-Ouest
8ème de la Flèche Hesbignonne
9ème du Circuit de Wallonie à Stockay
10ème de la Flèche Halloise
12ème du G.P de Villance-Maissin
13ème du Circuit Franco-Belge
15ème du G.P de l'E3 à Harelbeke
20ème du G.P du Printemps à Hannut
40ème de Paris-Bruxelles
Abandon au Het Volk
Abandon sur chute à Paris-Roubaix
Abandon à la Vuelta a España (4ème étape)

1977 - FIAT
1er du Prix de Mellet
1er à Mere
1er à Tirlemont
2ème de la Druivenkoers à Overijse
2ème de Hyon-Mons
2ème à Ottignies
2ème du Critérium de Renaix
2ème à Courtrai
2ème à Ninove
3ème à Sint Martens-Lierde
3ème du Trèfle à 4 feuilles à Tournai
3ème à Aartrijke
4ème à Rhode-St Genèse
4ème du Circuit du Tournaisis à Templeuve
4ème à Deinze
4ème de la Flèche Brabançonne
5ème à Brakel
6ème à Grammont
7ème au Critérium de Nandrin
8ème du Circuit des Frontières à Templeuve
8ème du G.P de Merchtem
9ème à Wezenbeek-Oppen
9ème à Humbeek
9ème de la Flèche de Liedekerke
11ème du G.P Kanton Aargau à Gippingen
13ème du Tour de Belgique
- 3ème de la 5ème étape
- 4ème de la 4ème étape
- 5ème du classement par points
20ème de Paris-Roubaix
22ème du G.P Pino Cerami à Wasmuel
27ème de la Semaine Catalane
- 2ème de l'étape contre-la-montre TTT à Monserrat
32ème des 5 jours de Dunkerque
73ème du Tour Méditerranéen
Abandon au Giro di Sardegna (4ème étape)

1978 - C & A
2ème de la Flèche Hesbignonne à Cras-Avernas
2ème du G.P Melckenbeek à Lede
3ème du G.P de Wallonie (Charleroi-Ligny)
- 2ème du classement de la montagne
3ème de Bruxelles-Ingooigem
4ème de la Flèche Brabançonne
5ème à Tirlemont
7ème du Circuit de Wallonie à Stockay
8ème à Athus
11ème de Kuurne-Bruxelles-Kuurne
59ème du Critérium du Dauphiné Libéré
- 1er de la 3ème étape
- 3ème de la 7ème étape (b)
108ème de Milan-San Remo
Participe au Omloop Het Volk
Participe à Tirreno-Adriatico
Abandon sur chute au Tour de France (17ème étape)
- 2ème de la 4ème étape TTT
Abandon au Tour de Belgique
- 1er de la 4ème étape

1979 - KAS
2ème à Merelbeke
4ème à Adinkerke
5ème à Velaines
8ème à Zele (a)
10ème du G.P de Wallonie (Charleroi-Ligny)
10ème à Soignies
10ème à Momignies
11ème de la Flèche Hesbignonne à Cras-Avernas
12ème à Zele (b)
13ème de la Flèche Brabançonne à Arendonck
14ème à Sombreffe
30ème de la Flèche Wallonne
43ème de Paris-Roubaix
51ème des 3 jours de La Panne
71ème du Tour de Belgique
87ème de Paris-Nice
95ème de Milan-San Remo
Abandon au Tour des Flandres
Abandon à Liège-Bastogne-Liège
Abandon au Critérium du Dauphiné Libéré (3ème étape)

1980 - MARC-VRD
2ème du G.P de Wallonie (Sombreffe-Charleroi)
- 2ème du G.P de la montagne
3ème du Circuit de Wallonie à Stockay-Saint Georges
6ème de la Flèche Brabançonne
20ème à Tongrinnes
26ème du Tour d'Indre-et-Loire
66ème de Milan-San Remo
Participe au Tour Méditerranéen
Participe au Het Volk
Abandon au Tour de Belgique
Abandon à Paris-Nice
Abandon au Tour des Flandres
Abandon à l'Amstel Gold Race
Abandon au Critérium du Dauphiné Libéré (non-partant 3ème étape "a")
Abandon à la Volta a Catalunya
Abandon à Putte-Kapellen

1981 - FANGIO-SAPECO
12ème à Sint-Martens-Lierde
17ème de Harelbeke-Poperinge-Harelbeke
18ème du G.P du Printemps à Hannut
24ème de la Flèche Halloise
26ème du Circuit du Tournaisis
Abandon à Paris-Nice (4ème étape)


Jacques Martin au début du mois de juin, à Namur.


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 2/02/2013 à 7:47

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts        Association loi 1901
 
© 1997/2021 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126