Accueil     Forum     Coups de pédales                           Admin
Portrait de Guillaume Mercader (Fra)20 juin 2021  

 Archives courses

Tour de France

Courses à étapes

Courses en ligne

Courses disparues

Championnats

Critériums

Piste

Cyclo-cross

Féminines

Amateurs

 Archives coureurs

Lexique

Palmarès

Équipes / Maillots

Photos

 Archives dossiers

Les annuaires

Les dossiers

 Accès réservé

L'éphéméride

Mises à jour/Infos

Collections

Revues numérisées

Téléchargements

 

 ACCÈS DIRECT

     Annuaire 2021

     Classement UCI

     Calendrier 2021

     Coupe France 2021

 

 Interactivité

Contacts

Recherches

Forum

L'actualité



Guillaume MERCADER
né le 17 décembre 1914 à Urdos (Basses-Pyrénées)
décédé le 15 décembre 2008 à Bayeux (Calvados)

Guillaume prit sa première licence en 1934 à l'Etoile Sportive Caennaise et, par la suite, endossa le maillot LA PERLE sous les couleurs de l'U.V. CAEN, jusqu'au début des hostilités. Au cours de cette période, 108 victoires meubleront son palmarès. En juillet 1938, tout en continuant son sport, il ouvre son premier magasin de cyles-motos-articles de sport et lorsqu'en septembre 1939 il est mobilisé, il sera affecté au 3ème Régiment de la Légion Etrangère et participera aux combats du Chemin des Dames à Villers-Cotterets, Pierrefont et l'Ourcq. Démobilisé en août 1940, il reprend son affaire commerciale, mais bientôt il rentre dans la résistance au réseau O.C.M. et en devient le responsable.

Le 14 juin 1944, il reçoit le Général De Gaulle à Bayeux. Le lendemain, le Général Koenig le détache à l'OSS, service de renseignements et actions, attaché au 12ème Groupe d'Armée Américaine du Général Patton. Avec cette unité, Guillaume participe à la libération de Rennes, Paris, Colmar, Strasbourg et la poche de Bastogne le 14 avril 1945. Avec les libérateurs, Guillaume est l'un des premiers officiers à pénétrer dans les camps de déportation de Buchenwald, Dachau et constater l'horreur !

Le 20 août 1945, Guillaume est démobilisé et fait officier de la Légion d'Honneur, décoré de la Croix de Guerre, 6 citations, Médaille de la Résistance avec rosette, distinction américaine avec le Bronze Star américain et de la King's médaille anglaise.

A la fin de l'année 1945, Guillaume reprend ses activités commerciales et entre 1946 et 1949, ouvre 4 nouvelles affaires à Cherbourg, Vire, Granville et Saint-Lo.

Malgré toutes ses occupations, Guillaume Mercader participe à la création de l'Equipe de Normandie, pour le compte des cycles LA PERLE, cumulant encore diverses fonctions dont celle de directeur sportif. Il drive entre autres Yvan Marie, Gabriel Jarrige, Gaston Rousseau, les frères Bocquet, Pierre Michel et beaucoup d'autres champions normands.

Il eut le bonheur de remporter avec ses poulains 7 finales du Maillot des As de Paris-Normandie, mais aussi le Tour de Normandie avec Pierre Poulingue et le Tour de la Manche avec Gaston Rousseau. Mais le plus beau succès de ce second volet de sa carrière cycliste sera tout de même la découverte de Jacques Anquetil. Si André Boucher et Francis Pélissier ont contribué aux bons débuts du champion normand, c'est bien Guillaume Mercader qui entrevit le premier les grandes qualités de Maître Jacques. Il lui fit d'ailleurs signer son premier contrat professionnel 15 jours avant son triomphe dans le G.P des Nations. Cette extraordinaire réussite pousse notre "touche à tout" à choisir un nouvel horizon et c'est le sport automobile que Guillaume Mercader fera à nouveau parler de lui entre 1953 et 1956 avec des participations à des rallyes ou épreuves d'endurance entre autres, rallyes d'Eindhoven, les Capitales de l'Ouest, les routes du Nord, Monte-Carlo, 12 heures de Belfast, 12 heures de Sebring, Les Milles Milles, Liège-Rome-Liège, mais aussi 2 Tours de France "automobile". Cela lui rappelle un autre Tour de France. Un Tour de France cycliste auquel rêvait de participer, puisqu'il eut le mérite d'être sélectionné en 1937 grâce à un excellent Paris-Rennes. Au tout dernier moment, une malencontreuse chute l'écarta de la "Grande Boucle".

En 1964, Guillaume cède ses affaires commerciales et devient le directeur-gérant du bi-hebdomadaire et imprimerie "La Renaissance du Bessin" jusqu'en juin 1980, date à laquelle il prend une retraite amplement méritée.

On le retrouve encore, par la suite, Président honoraire de la Caisse d'Epargne de Bayeux, administrateur de l'Hôpital de Bayeux, administrateur de l'A.C.O. et membre permanent de l'Office nationnal des A.C.V.G.

Guillaume n'abandonne pas son amour pour le vélo pour autant, Président d'Honneur de l'Amicale des Anciens Cyclistes de Normandie, il a reçu en 1984, lors de la réunion de l'Amicale, le Challenge Robert Jourdin.

Jean-Marie Letailleur

1934
1er de Caen-Falaise-Caen contre-la-montre
- devant Clérisse
1er du Prix de l'Union Commerciale de Trouville
1er du Circuit de la Suisse Normande
2ème du Prix Claudel à Pont-Hebert
- derrière André Harnois
3ème du Circuit du Publicateur de l'Orne
- 1er : Alexandre Hamelin
3ème du Prix Delangle à Littry
- 1er : Alphonse Avenel
3ème du Championnat du Calvados de vitesse
- 1er : Jules Chasles

1935 - LA PERLE
Abandon au Critérium National

1936 - LA PERLE
1er de Caen-Rouen
Abandon au Circuit de l'Ouest (non-partant 5ème étape)

En mai 1956, il remporte 3 épreuves en 24 heures : le dimanche matin, le Prix des Cafés Jako à Vire, l'après-midi, le G.P de la Ville d'Alençon et le lundi, le G.P de la Ville de Louviers devant l'élite des Parisiens !


    Une remarque sur ce fichier ? : écrivez-nous

Fichier mis à jour le : 2/02/2013 à 7:47

   Dernières news

Toutes les infos




 
A propos du site        Légal        Contacts        Association loi 1901
 
© 1997/2021 - memoire-du-cyclisme.eu - Tous droits réservés - Site déclaré auprès de la CNIL sous le n°834126